279ème semaine politique: Sarko revient, puisque la gauche est impatiente.

L'évènement de la semaine est la prise de conscience par tous qu'il y a bien un Hollande-Bashing vigoureux, à peine quatre mois après la défaite de Nicolas Sarkozy.

Le candidat Hollande n'avait pas promis la lune en 100 jours. Il n'avait pas non plus promis de détricoter l'intégralité du quinquennat Sarkozy. Tout cela, nous le savions, mais une partie de la gauche le lui reproche quand même. 15% des promesses auraient été tenues d'après l'Observatoire du mandat. Fichtre... encore 85%...

Le président Hollande a voulu normaliser l'activité politique, mais les médias de l'Ancien Régime sont encore Sarko-dépendants de l'agitation permanente en vigueur. Il faut se plier au tempo sarkozyen, expliquent les sondeurs. « Le rythme auquel Nicolas Sarkozy avait habitué ses concitoyens semble peser plus que prévu sur l'appréciation de l'action de l'exécutif » complète le Monde.

Il faut lire le Nouvel Obs - qui, après sa belle affaire Pigasse, s'interroge sur la prétendue nullité de l'équipe Ayrault. Ou le Point, qui appelle Hollande au réveil. Le plus drôle est l'Express, qui nous traite de Cocus en couverture, avant de nous laisser croire que Sarkozy avait raison. Ils en appellent tous à l'austérité pour le plus grand nombre, la rigueur sous toutes ses formes, la réduction de nos dépenses surtout et évidemment sociales. Sur toutes les ondes, avec toutes les plumes, ils propageaient leur hymne austère. A les écouter, un RSA de 450 euros mensuel était déjà trop à supporter pour les nantis que nous étions tous. Aucun n'utilisait le vocable sarkozyen d'antan - cancer social, assistanat - mais tous y pensaient très fort.

L'argument sous-jacent contre Hollande consiste à montrer que le président trahissait chaque jour un peu plus les promesses économiques du candidat qu'il était il y a encore 4 mois. Ces gens racontent n'importe quoi. Tous les moyens sont bons. Le jeu de la rumeur - en ces temps de préparation de la loi de finances 2013 - est fort développé. Ainsi les Echos, puis le Figaro se sont amusés à détailler jeudi combien le gouvernement détricotait en cachette le projet de taxation à 75%. Vendredi, le ministre des finances Pierre Moscovici dut perdre quelques instants à démentir: les engagements seront respectés. Autre rumeur, celle-là officielle, la CSG pourrait être augmenté. On a trente ou quarante milliards à trouver. La « douloureuse » est pour bientôt. 

Il manquerait aussi à François Hollande ... Nicolas Sarkozy. La comparaison d'avec l'ancien monarque aurait sans doute servi. Les gens oublient. C'est la vie. Contre les Roms, Sarkozy nous aurait fait 5 discours estivals. Contre la dette, il aurait lancé un nouveau Grand Emprunt, ou vanté la hausse de la TVA pour octobre.

Libé, après Causeur, en fait sa une du samedi. Et si Sarko était encore là ? On regrette le Fouquet's, le bouclier fiscal, la TVA sociale, le nucléaire en Libye, l'espionnage en Syrie, le copinage en Françafrique, l'immobilisme économique, les 600 milliards d'euros de dettes, le chantage emploi/salaire, et plein d'autres choses encore.

Certains regrettent.

Qu'ils déménagent, qu'ils se cassent, qu'ils s'exilent. Nous rappellerons l'urgence à les disqualifier de la nationalité française. Nous sommes bien restés Français quand Sarko jouait au Monarque à l'Elysée.

Oublions les inquiets de droite. Pouvait-on reconnaître les mesures de la semaine ?

On a pris connaissance du document d'orientation délivré par Michel Sapin (Travail) aux partenaires sociaux. Il y a de quoi énervé le Medef, explique Marianne2 « l’essentiel des revendications des syndicats de salariés dont le gouvernement veut accroitre le rôle, tant dans l’anticipation des difficultés des entreprises que dans leur résolution, sont sur la table.  ». La CGT et la CFDT sont ravies: incitation au CDI, recours au chômage partiel. Sapin stresse un peu, le chômage s'envole encore.

L'INSEE comptabilise 444.000 pauvres de plus sur les trois premières années du Sarkozysme (2007-2010). Mediapart nous prédit le cap des 10 millions bientôt. La crise est évidemment passée par là.

Certains aimeraient que tout soit réglé en 100 jours. L'impatience, toujours l'impatience.

Vincent Peillon (Education) passe sa première rentrée, avec 1000 prof de plus mais c'est toujours insuffisant pour certains qui attendaient quelques dizaines de milliers de recrutements durant l'été (sic!). Il évoque l'enseignement d'une morale laïque à l'école; ça occupe Libé, et Luc Chatel commet le compare à Pétain, avant de regretter.
La centrale Fessenheim brûle deux de ses employés et Delphine Batho, la ministre de l'Environnement, doit nous rappelé combien Sarkozy racontait donc n'importe quoi voici encore 6 mois. Elle en a confirmé la fermeture. Sa collègue du Logement, l'écolo Duflot, présente comment elle entend durcir la loi SRU en faveur du logement social. A droite, on dénonce l'attaque contre les villes bourgeoises.

En Syrie, la France équipe les opposants syriens.

Hollande promet de nouvelles compétences pour la Cour des Comptes, notamment sur le budget ... des parlementaires. Sarkozy y avait nommé un socialiste pour se donner bonne conscience. Et laisser la Cour observer sa gabegie de dépenses élyséennes.

Hollande pense à plus sérieux.

On jugera sur les actes.

Tout le reste n'est qu'impatience légitime ou procès d'intention.

Ami sarkozyste, où es-tu ?



9 commentaires:

  1. Qu'il revienne et qu'on en finisse!
    On va se régaler, j'apporterai les vidéos. Qui veut s'occuper de la partie "les affaires en cours"?

    RépondreSupprimer
  2. Moi-même je me suis laissée agacer facilement ces derniers temps… En discutant avec mes enfants qui sont désormais adultes et réfléchis :o), nous avons beaucoup relativisé et tout ce que tu dis nous l'avons pensé (de manière plus fouillis). Merci de ta sagesse. C'est vrai que sarko nous a tellement assommés ! Bon we.

    RépondreSupprimer
  3. encore un vrai patriote

    L'homme le plus riche de France souhaite changer de nationalité. Selon "La Libre Belgique", l'homme d'affaires français, président du groupe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH), a demandé fin août la nationalité belge.

    La demande est parvenue à la commission des naturalisations de la Chambre, révèle le quotidien belge. Les motivations du candidat ne sont pas connues et sont confidentielles. "On peut se douter qu’elle suscitera une grande émotion en France, alors que François Hollande entend honorer sa promesse de campagne de taxer à 75% les hauts revenus à partir d’un million d’euros", ajoute le journal. François Hollande est aujourd'hui accusé de reculer sur sa promesse de campagne.

    RépondreSupprimer
  4. Mais qu'est ce que c'est que cette nouvelle manie de vouloir déchoir les gens de leur nationalité ? ^^

    Rappelons-nous la levée de bouclier des gens de gauche quand Sarkozy l'a évoqué...

    Je comprends pas. Vous avez réellement le projet de créer des apatrides parce que certains ne veulent pas "jouer le jeu" ? Sans déconner ?

    Je me suis franchement agacée sur le facebook de CSPinyourface avec lui et Monolecte.

    Je trouve curieux de s'asseoir sur la déclaration universelle des droits de l'homme (La « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme » de 1948 dispose que :« Tout individu a droit à une nationalité. ») sans compter que je ne vois pas comment techniquement vous comptez créer et appliquer cette loi. Et par ailleurs, sans que la cour européenne des droits de l'homme, voire de l'ONU nous tombent dessus.

    Ensuite : "Pour être déchu de sa nationalité française, il faut d'abord l'avoir acquise: si vous êtes né Français, personne ne peut vous retirer la nationalité française contre votre gré. Selon l'article 25 du code civil, la déchéance ne peut en outre s'appliquer si elle a pour résultat de rendre l'individu apatride. En d'autres termes, l'intéressé doit avoir une autre nationalité pour que la française lui soit retirée."

    et

    "Le fameux article 25 prévoit quatre types d'actes qui peuvent justifier une déchéance de nationalité, parmi lesquels les actes de terrorisme et d'espionnage pour un autre pays, et plus généralement des actes préjudiciables aux «intérêts fondamentaux de la Nation». Autre cas de figure, être «condamné pour s'être soustrait aux obligations résultant (...) du code du service national», ou encore être condamné pour un crime à au moins cinq ans de prison."

    (slate)

    Alors j'entends que refuser de payer des impôts en France parce qu'estimés trop chers s'apparente à se soustraire aux intérêts de la Nation. Bien. Mais vous faites comment pour qualifier, juger et condamner quelqu'un ?

    Si quelqu'un part vivre à l'étranger vous allez lui faire passer un interrogatoire ? Je veux dire vous faites comment pour vérifier les intentions de ces personnes, mise à part celles qui font des déclarations publiques ? ^^

    Thierry m'a expliqué que c'était à partir d'un certain montant de revenus. C'est quoi le montant ? Si elle ou il n'a pas d'autres nationalités, vous le rendez apatride ?

    Et pour achever cette histoire, et oui c'est un point Godwin, ça vous gêne pas que le dernier gouvernement français à s'être amusé à ce genre de trucs, soit Vichy ?

    Aujourd'hui la gauche est au pouvoir et vous envisagez cette mécanique : tu ne veux pas jouer le jeu, on te prive de ta nationalité. Mais qu'est ce qui vous garantit qu'après ce sera pas autre chose ? Vous ouvrez la boîte de Pandore les gars...

    Comprends-moi bien Juan, j'aime pas ça, les riches qui se barrent pour pas payer d'impôts. Les priver de sécu ou de droit de vote (et encore on revient aux problématiques soulevées plus haut) pourquoi pas ?

    Mais les déchoir de leur nationalité ? Vraiment ? Ca me semble légèrement fascisant et dangereux.

    En espérant ne pas avoir été agressive, c'est pas le cas du tout mais hallucinée que des gens de gauche puissent envisager ce genre de procédé, ça oui :)

    RépondreSupprimer
  5. Entre deux maux choisir le moindre : je (re)vote Hollande contre le sarkozysme.

    De toute façon ni l'un ni l'autre ne vont régler ni les problèmes du monde, ni les problèmes des gens au quotidien. Mais l'ex locataire de l'Elysée les aggravait lui en hystérisant la société, en l'étourdissant, en la noyant sous le flot de ses interventions inutiles sauf à ensevelir les conscience sous l'insignifiance de ses sorties suffocantes à répétition.

    RépondreSupprimer
  6. De tte manière, il semblerait que (mais à vérifier j'ai peur de mal comprendre le texte) de facto on perde sa nationalité française si on demande une autre nationalité de l'union européenne.

    Donc, c'est pas la peine de s'exciter ni de mon côté ni du tien :))

    Ceci étant, je persiste et je signe sur la mécanique qui consiste à déchoir quelqu'un de sa nationalité. Je trouve ça effrayant. La loi du talion, ça n'a jamais été mon truc.

    RépondreSupprimer
  7. "Qu'ils déménagent, qu'ils se cassent, qu'ils s'exilent. Nous rappellerons l'urgence à les disqualifier de la nationalité française."

    Ah oui, parce que n'être pas d'accord avec Monsieur François Hollande et son programme sont maintenant devenu un crime. Je vous rappel que l'on ne déchoit pas même les meurtriers de leur nationalité. C'est bien sectaire comme raisonnement... tout à fait de gauche.

    "Nous sommes bien restés Français quand Sarko jouait au Monarque à l'Elysée."

    Ah oui? Pourquoi, au faite? Un manque de talents et de compétences facilement exportables à l’étranger? Je veux bien croire que produire un blog politique en Français soit utile en France… mais à Londres ou Vladivostok… beaucoup moins.

    Ou est-ce une activité professionnelle liée à cette nébuleuse para-publique ou associative dont la France à le secret et d’où on recrute une bonne partie des cadres du PS et des Verts… Je parle naturellement de ces grands donneurs de leçon qui n’ont jamais bossé dans le privé juste pour voir ce qu’il reste de leur feuille de paie en fin de mois après avoir financé notre fabuleux système social que tout le monde y nous envie (si, si, si… c’est vrai)… enfin, si vous êtes suffisamment vieux pour pouvoir y prétendre un jour.. si vous êtes jeune, vous risquez par contre de l’avoir bien profond. Quel est donc votre secret, Juan ?

    RépondreSupprimer
  8. Pourquoi entend-on aujourd'hui des voix discordantes ? Rien de surprenant à cela. Les modalités de l'élection présidentielle française contraignent les partis politiques et les électeurs, qui veulent se faire entendre, à se rassembler derrière deux candidats en mettant de côté leurs propres idées au moins pour quelques semaines. Il n'est donc pas étonnant qu'une fois le nouveau Président élu, les clivages et les critiques réapparaissent. Ceux (les battus) qui trouvent un intérêt à dénigrer le vainqueur et ceux qui ne connaissent même pas le programme de l'élu sont nombreux.

    Mais, personnellement, tout cela ne me pose aucun problème. Ce qui me gêne vraiment et continue à me choquer, c'est l'omniprésence dans les médias nationaux de politiques et de rédacteurs en chef arrogants, moralisateurs et de mauvaise foi. Une situation de quasi monopole. De ce point de vue, le Net présente un avantage démocratique indiscutable en nous permettant de savoir, d'échanger et de prouver que ce "petit milieu", qui parle en notre nom, ne représente pas la diversité de la société française.

    RépondreSupprimer
  9. je (re)vote Hollande contre le sarkozysme.


    imbecile !!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

VIDEOS DE GAUCHE

VIDEOS DE DROITE