Au secours ! La gauche n'augmente pas le nombre de fonctionnaires !

Une large frange de la droite ex-sarkozyste avait fait campagne contre « l'explosion annoncée » du nombre de fonctionnaires si François Hollande était élu. Pour preuve, les thuriféraires de l'ancien régime citaient le programme du parti socialiste (sans l'avoir lu), ou les 60 engagements du candidat socialiste (en les caricaturant).

Jeudi 2 août au matin, les ministères ont reçu du premier ministre leur plafond d'emplois pour l'an prochain, en vue de la préparation de la loi de finances 2013 qui sera présentée à l'Assemblée en octobre prochain. « Budget : davantage d'enseignants, moins de militaires ». Le résumé des Echos sonnait juste. « Effectifs de l'État : la Défense et Bercy au régime » regrettait le Figaro.

Sans surprise et comme promis, trois missions bénéficient de renforts (enseignement, justice, sécurité), et les autres doivent se serrer la ceinture. On écoutera sans grande attention ni intérêt les couinements des sarkozystes déchus. Ceux-là, ne l'oublions pas, réclamaient la poursuite de la baisse du nombre de fonctionnaires d'ici à 2017. Seule concession de campagne présidentielle, le candidat Sarkozy avait accepté de stabiliser les effectifs de l'enseignement primaire.

Comme à chacun de ces exercices, les ministres ont bataillé ferme pour « éviter les coupes drastiques », un exercice qui fut loin d'être une sinécure. Dans l'ancienne Sarkofrance, la règle mécanique du « un sur deux » (suppression d'un poste de fonctionnaire partant à la retraite sur deux) simplifiait les échanges. Mercredi, Jean-Marc Ayrault avait rassemblé son gouvernement pour un séminaire et clore cet épisode.

Voici donc les évolutions d'effectifs attribuées aux différents ministères, afin d'assurer la stabilité promise de la Fonction Publique (sur la durée du quinquennat).
  • Education: +10.000 postes, après +6.800 en 2012 pour le collectif adopté en juillet. Un millier de ces postes sont pour l'enseignement supérieur et 300 pour l'enseignement agricole (moins de 1.000 sur trois ans)
  • Justice: +500
  • Police/Gendarmerie: +500
  • Défense: -7.200
  • Finances/Budget: -2.000 à -2.500
  • Ecologie/Logement: -1.200 à -1.300
  • Autres ministères: -1.000
Pour ces trois dernières administrations, la situation est comparable aux précédents budgets sarkozyens.

En valeur absolue, les dépenses de l'Etat devront être gelées l'an prochain.
A droite, on appelle cela de l'irresponsabilité. A gauche, certains évoquent de l'austérité. La bataille des mots n'a pas grand sens. Notons quelques évolutions complémentaires:

La Défense, qui perd (encore) des postes devrait bénéficier d'un budget stable, à 31 milliards d'euros. Les investissements prévus dans le grand Livre Blanc sarkozyen seront freinés. Les Echos relèvent que les crédits militaires prévus « sont inférieurs de 800 millions à ce qui était prévu pour l'annuité correspondante de la dernière loi de Finances triennale. Et de 2,6 milliards si l'on se réfère à la LPM actuelle ». Sur 22 milliards d'investissements prévus en 2012 et 2013 en armement ou en immobilier, quelque 6 milliards sont « renvoyés sine die ».

Le Logement, ministère de Cécile Duflot, devrait bénéficier d'un budget stable, grâce à une meilleure recette des taxes sur le tabac (sic!), pour 450 millions d'euros, qui abonderont les aides personnelles au logement (APL). Est quand même prévu un prélèvement de 1,2 milliard d'euros en 2013 sur la trésorerie d'Action Logement pour financer l'Agence nationale de rénovation urbaine (Anru). Mais l'Agence nationale de l'habitat récupère 200 millions d'euros de plus  à 600 millions en 2013, grâce à de l'argent en provenance des quotas carbone.

Le Travail retrouve trois centaines de millions d'euros qu'il avait perdu sous Sarkozy. Mais ce dernier avait sabré bien plus, 1,5 milliard d'euros que l'ancien monarque avait supprimé malgré la crise. Le budget est tombé de 11,2 à 9,9 milliards d'euros entre 2010 et 2012. Pour 2013, il devrait remonter à 10,2 milliards d'euros, dont 2,2 milliards pour 400.000 contrats aidés (comme en 2012). Cela 14 mois consécutifs que le chômage progresse... Ces 300 millions d'euros supplémentaires sont prévus pour les 2.000 CDI supplémentaires de Pôle Emploi et une fraction des 100.000 emplois d'avenir. 

Ce ne sont que de premiers éléments. Il manque le volet fiscal, la chasse aux niches, le budget des autres ministères, les débats à l'Assemblée et au Sénat. Bref, nous en avons pour plusieurs mois encore.

Curieusement, l'UMP avait finalement déposé son recours devant le Conseil Constitutionnel où siège son ancien mentor contre la suppression des allégements sociaux et fiscaux attachés aux heures supplémentaires et, surtout, contre la contribution exceptionnelle sur la fortune mise en place au titre de l'année 2012.

Triste réaction du parti de l'ex-président des Riches.





Crédit photo: (c) Sarkofrance/FlickR

8 commentaires:

  1. Les militaires n’ayant pas le droit de grève, il est donc naturel que la plus grande partie des coupes se passent chez eux.

    … et puis l’armée ca ne fait pas trop go-gauche. Il faut bien faire plaisir à vos amis verts.

    RépondreSupprimer
  2. "En valeur absolue les dépenses de l'Etat devront être gelées l'an prochain"...
    Pour trouver les 33 Mrds espérés en 2013 il faudra faire mieux.
    Ou renoncer à cet objectif dans un délai aussi court et prolonger la période de "purgatoire" pour assainir les finances publiques.
    Les socialistes vont d'un train de sénateur pour ne fâcher personne pour le moment. Cette stratégie de lenteur peut tenir encore un moment mais l'instant de vérité approche à son rythme. La consommation marque le pas, le chômage grimpe durablement. Et Bruxelles finira pas se lasser des manoeuvres dilatoires notamment sur la modernisation du marché du travail (diminution des protections liées au CDI, abaissement des indemnisations et des durées d'indemnisation).
    Le changement c'est quand ?

    RépondreSupprimer
  3. "Et Bruxelles finira pas se lasser des manoeuvres dilatoires notamment sur la modernisation du marché du travail (diminution des protections liées au CDI, abaissement des indemnisations et des durées d'indemnisation)."

    C'est donc Bruxelles qui fait la loi en France. La France n'est donc plus un Etat souverain. Pour le reste, je ne crois pas qu'on favorisera la consommation en fragilisant les travailleurs par des mesures injustes.

    RépondreSupprimer
  4. Bruxelles demande et bien entendu peut conditionner ses aides à certains aménagements. Dès lors que l'on est dans groupe (l'Euro et l'Union Européenne) les compromis et les concessions deviennent incontournables.
    La France fait partie de l'UE et à ce titre participe à l'élaboration des textes votés à Bruxelles qui n'est qu'un des sièges du parlement et non une autorité suprême qui imposerait ses vues aux Etats soumis.
    Si nous voulons maîtriser les dépenses publiques et les déficits et éviter que l'Euro ne soit encore plus chahuté il doit y avoir plus d'intégration économique et budgétaire cela passe forcément par davantage de convergence. Or à cet égard le marché du travail français présente bien des divergences au regard de celui des autres Etats par la rigidité de la législation du travail et les conditions d'indemnisation du chômage.
    Il doit y avoir des contreparties solides et véritables pour les chômeurs et les salariés qui restent à négocier. On attend depuis 15 ans celles portant sur la pénibilité. La formation professionnelle est un océan de gaspillage.
    Commencer à mettre en place une sécurisation des parcours professionnels oblige à revoir et négocier beaucoup et dans ce pays on jacasse beaucoup. La pauvreté du dialogue social dans les entreprises et au niveau des branches oblige l'Etat à intervenir pour légiférer en continu devant l'incapacité des partenaires sociaux à faire avancer les dossiers.

    RépondreSupprimer
  5. attention ! c est fragile un fonctionnaire ! faut pas trop le secouer ! çà fait un drôle de bruit un pois chiche dans une boite crânienne !

    RépondreSupprimer
  6. Bravo à la gauche, qui détient 90% des pouvoirs ! Bravo pour l'imposition des riches ! Enfin, une vraie politique intelligente, moderne, tournée vers l'avenir. Plus de postes pour les services publics prioritaires : éducation, sécurité, justice) et moins de postes quand ils ne se justifient pas. Une vraie politique de gauche pour promouvoir l'intérêt général là où la droite la plus bête du monde appliquait une simple règle mathématique en ne remplaçant qu'un fonctionnaire partant en retraite sur deux. Un principe idiot, d'autant que, dans le même temps, cette droite incompétente, cynique faisait cadeau sur cadeau aux riches et aux multinationales avec, pour résultat, un déficit en augmentation de 600 milliards pour notre pays. Une droite aux ordres de Bruxelles et des spéculateurs, une droite et un ex-président ridiculisés, moqués par les tous les pays européens !

    RépondreSupprimer
  7. Avant de crier victoire attendons de voir si cette politique donne les résultats escomptés.
    Quant à l'intérêt général je vous rappelle que les députés ont rejeté la proposition qui consistait à imposer les reliquats non engagés de l'indemnité représentative de frais de mandat...
    Si le président se mariolise un peu en prenant le train comme un français normal, les députés restent sur le quai.
    Dommage.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

CE QU'ILS ONT DIT

RUBRIQUES

1914-18 (1) 2017 (3) activite enfant (4) agence de notation (2) agriculture (15) alain soral (3) Alliot-Marie (94) Angela Merkel (5) annonce garde enfant (2) antisémitisme (4) asile (1) assurance maladie (3) austérité (12) Ayrault (108) Balkany (2) Barbier (2) Bedos (1) Bernard Tapie (6) Bertinotti (3) Besson (8) Bettencourt (2) bfm (2) bijoutier (1) blog (364) blogosphère (54) blogueurs (24) blogueuses (22) Borloo (82) Boutin (1) Bretagne (3) Brignoles (6) budget (9) Buisson (5) Cambadelis (1) canalplus (1) candidat (10) carla bruni (92) Cazeneuve (12) censure (53) Centrafrique (4) Cesar (2) Chirac (2) chroniques (391) chômage (157) cinema (1) Closer (2) commerce (2) contrat de travail (62) Copé (39) CopéGate (6) cotisations (4) coupdegueule (11) Crédit Lyonnais (1) culture (37) Cécilia (77) Darcos (71) Dati (233) dette (3) Dieudonné (10) dimanche (4) Droite (579) ducon (403) Duflot (9) Défense (92) délinquance (3) députés socialistes (4) ecologistes (4) Education (166) EELV (6) Eglise (2) election legislative (1) election municipale (3) entreprises (5) Environnement (198) Eric Besson (83) Eric Doligé (1) Error (2) espionnage (1) Europe (255) Fabius (11) Facebook (1) fachosphère (7) famille (3) Filippetti (4) Fillon (479) Finances (367) fiscalité (347) Florange (1) FN (5) France (483) Françafrique (121) François Hollande (282) front national (36) front populaire (2) frontaliers (1) Fukushima (1) Games of Thrones (1) garde d enfants (2) Gattaz (3) Gauche (263) gauchosphère (9) Gayet (1) Google (1) gouvernement (1157) grunen (1) grève (1) Guaino (2) Guerre (6) Guéant (71) Hamon (2) heures supplémentaires (71) Hidalgo (2) Hollande (417) Hortefeux (237) humour (100) identité nationale (155) immigration (310) impot (1) impots (2) impôts (1) incompétence (96) industrie (3) indépendance (99) infowar (8) Insécurité (167) international (483) inégalités (296) ipsos (1) Iran (1) Islam (2) Israel (1) IVG (1) juan (1) Juan Politic (387) Julie Gayet (6) Juppé (35) justic (1) justice (432) Kouchner (110) Lagarde (156) Le Foll (2) Le Pen (30) libre-échange (1) logement (3) Macron (1) Mamère (1) Mandela (2) manifestations (69) mariage gay (5) Marisol Touraine (6) Maroc (1) Marseille (1) Martinon (45) Maurice Lantourne (1) medecin (1) MEDEF (5) Melenchon (8) Merkel (1) Ministre (47) Montebourg (5) Morano (2) Morin (36) Moscovici (14) médias (429) Mélenchon (9) météo (1) nostalgie (1) Obama (3) ONU (1) OPA (1) Opinion (501) Pacte de responsabilité (3) Palestine (1) Parlement (103) Parti Socialiste (100) pauvreté (6) PCF (1) Pierre Estoup (1) plans (1) plein emploi (75) police (252) politique (1043) politique budgetaire (20) polémique (230) polémiques (57) Poutine (3) pouvoir d'achat (69) povcon (50) prison (26) prole (1) promess (1) promesses (1667) prostitution (1) Précarité (52) Président (519) Pécresse (47) qatar (1) racisme (1) Rajoy (1) reacosphère (3) religion (31) repentance (20) retraite (165) Rom (5) Royal (1) Russie (1) réac (2) récidive (40) réforme (5) régions (1) Santé (122) Sapin (11) sarkofrance (2380) Sarkozy (3689) securite sociale (5) service minimum (51) smic (1) solidarité (1) sondage (92) Standard and Poor's (1) Suisse (1) Surveillance (20) Syrie (5) Ségolène Royal (5) sénateur (2) Taubira (14) territoriale (1) theorie du genre (1) Thorez (1) tireur fou (2) Touraine (1) Transatlantic Trade and Investment Partnership (3) travail (4) TVA (1) UMP (699) vacarme (67) Vallaud-Belkacem (21) Valls (135) Valérie Trierweiler (4) vincent peillon (6) violence (118) voeux (1) Vrauche (1) wauquiez (6) Woerth (158) Xavier Bertrand (77) écologie (2) économie (184) élections (383) élections européennes (4) éthique (964)