Un gestionnaire de fortune a peur d'être tondu par Hollande

Un cabinet de gestion de fortune s'est offert une pleine page publicitaire dans le Monde du 5 juillet pour dénoncer la « tonte fiscale » à laquelle la France serait soumise par François Hollande.

Cette publicité est en fait l'éditorial du patron de ce cabinet, Edouard Carmignac, publié sur le site de l'entreprise le 4 juillet dernier. Carmignac Gestion est une société de placements en Bourse pour des particuliers ou des conseillers indépendants (40% de sa clientèle), des institutions (10%), ou des établissements financiers (50%) . Pour 2012, elle déclare gérer ainsi environ 48 milliards d'euros, la moitié placée en actions (54%), l'autre en obligations (46%), notamment d'Etat.

Les arguments employés par le président-fondateur de ce fond de placement sont caricaturaux et emblématiques:

1. « La mise en place d’une fiscalité confiscatoire décapiterait les états-majors de nos entreprises, accélérant l’exode de leurs dirigeants, tout en gelant l’investissement chez les PME.  » Si l'on omet quelques instants le prélèvement de 75% de la tranche de revenus supérieure à un million, les autres augmentations d'impôts révélées la semaine dernière sont (malheureusement) très mesurées pour les plus riches. Le matraquage fiscal dénoncé par la droite n'a pas eu lieu.

2. L'auteur accuse Hollande « de tondre également les classes moyennes » ce qui « renforcerait la fragilisation de la valeur travail amorcée par les 35 heures ». Il n'en sait rien, et n'apporte aucune preuve. C'est l'habituel délire des militants sarkozystes les plus aigris. Le gouvernement Sarkozy a enflammé les prélèvements obligatoires du plus grand nombre, réduit les remboursements de santé, allongé les cotisations retraites. Mais on appelait cela de la «» réforme

3.  « La surfiscalisation des heures supplémentaires rognerait » le pouvoir d’achat des classes moyennes. De quoi parle-t-il ? Sans doute de la suppression, annoncée, de la défiscalisation des heures supplémentaires. Notez la formule: retirer une exonération (partielle) de cotisations sociales et d'impôts sur le revenu devient une « surfiscalisation ». C'est du grand n'importe quoi ! Mieux, le gestionnaire de fortune ne dit mot de l'augmentation générale de la TVA décidée par Nicolas Sarkozy et annulée par François Hollande.

4. Carmignac est en rage que François Hollande veuille ainsi « tondre l’ensemble du pays afin d’assurer la survie d’un modèle social obsolète ». Lors du premier choc de la Grande Crise, en 2008/2009, ce « modèle social obsolète » a justement permis au pays de résister plus que d'autres: le poids des rémunérations publiques et transferts sociaux a évité à la consommation de s'effondrer; les filets de sécurité sociale ont insuffisamment joué mais joué quand même; les retraites, heureusement financées par répartition et non par capitalisation, n'ont pas disparu. Carmignac n'est pas à une contradiction près: quelques lignes plus bas, il évoque la nécessité de « consolider la viabilité de l’essentiel de nos avancées sociales».

5. Au détour de l'un de ses arguments creux, on comprend enfin les vraies raisons de la rage de ce fortuné: « le projet d’augmentation du Livret A faciliterait certes le placement de la dette publique, mais engouffrerait une part accrue de l’épargne populaire dans un placement à la rentabilité médiocre. » La belle affaire ! Le gestionnaire de fortune plaide pour sa paroisse, le placement privé plutôt que le Livret A. Le lobbyiste est médiocre.

Finalement, cette intervention politique dévoile le bien faible sentiment patriotique de son auteur. Les temps sont rudes, la solidarité est nécessaire. Mais voici qu'il ne pense qu'à hurler pour son argent: « La mise en place d’une fiscalité confiscatoire décapiterait les états-majors de nos entreprises, accélérant l’exode de leurs dirigeants ». Ces riches développent toujours la même argumentation: pas touche à nos revenus, surtout de la rente (les placements) sinon le pays va sombrer...

Fichtre ! L'exode ! On se croirait en 1789...

Rappelons l'une de nos propositions: mais pourquoi donc ne pas déchoir les exilés fiscaux de leur droits civiques ?

Ami sarkozyste, reviens.

Il faut payer.

25 commentaires:

  1. Fichtre ! L'exode ! On se croirait en 1789...

    Rappelons l'une de nos propositions: mais pourquoi donc ne pas déchoir les exilés fiscaux de leur droits civiques ?

    Ami sarkozyste, reviens.

    sur que l'essentiel des activités du dit conseiller financier est au........
    luxembourd

    RépondreSupprimer
  2. mais pourquoi donc ne pas déchoir les exilés fiscaux de leur droits civiques ?

    Allez jusqu'au bout du raisonnement : donnons le droit de vote en France uniquement à celles et ceux qui paient de l'IRPP ?

    RépondreSupprimer
  3. Et bien qu'ils s'en aillent et bon vent.
    Nos suggestions :
    Pour l'Angleterre, il faut une profonde passion pour la Pop Music ou c'est la neurasthénie assurée.
    Le riad à Marrakech, recommandé par DSK, prévoir tenues légères.
    Le Canada, paysage grandiose, ours, prévoir tenues chaudes.
    Monaco, HLM,caniche, club de bridge et mafieux russes.

    RépondreSupprimer
  4. C'est l'habituel délire des militants sarkozystes les plus aigris.

    Et vous ça fais cinq ans que vous êtes dans l'antisarkozysme primaire .
    Allez prendre vos pilules et faites vous soigner.
    Le rapport de la cour des comptes est clair non? Le président Sarkozy a parfaitement géré les dépenses compte tenu des évènements.
    Mais ça vous ne pouvez pas accepter.Cela voudrait dire que vous vous êtes acharné pour que dalle pendant cinq ans ...
    vous êtes vraiment à plaindre.

    RépondreSupprimer
  5. Autre suggestion pour les riches qui veulent fuir la France :

    Le yatch de 25 mètres, offert par Madame Bettencourt (17 millions d'euros seulement selon Monsieur de Maistre), sous pavillon maltais, mais vite saoulant si enfants en bas âges.

    RépondreSupprimer
  6. Merci de répondre à la proposition corollaire suivante : donnons le droit de vote en France uniquement à celles et ceux qui paient de l'IRPP ?

    RépondreSupprimer
  7. Le rapport de la cours des comptes dresse au contraire de ce que disent ceux qui ne l'ont pas lu un bilan très sévère des années qui viennet de s'écouler. Extrait: "Depuis plusieurs décennies, la France est loin d’avoir été exemplaire dans la gestion de ses finances publiques. Sa crédibilité en est affectée. Son niveau élevé de déficit et de dette la placent dans une zone dangereuse. Pour sécuriser le financement de l’action publique, affermir la crédibilité de la France, préserver sa souveraineté et assurer la cohésion entre générations, un redressement rapide des comptes publics de la France s’impose"

    RépondreSupprimer
  8. Je pense qur notre priorité number one c'est de créer de la vraie richesse: Monsieur est dans le trading des matières premières et précieuses selon politeeks, un vrai petit intermédiaire qui vit sur le dos du Tiers Monde et du nôtre, puisqu'il prend sa dîme en passant sur le dos de tout le monde: une espèce de parasite. C'est ce genre de personnes, même si elle a son siège en Luxembourg(toujours politeeks) qu'il faudrait tondre à la hauteur de ses profits, ce genfre de type nous fait payer le gaz, l'essence etc...à des prix prohibitifs.
    ça ne manque pas d'air.
    Parisien Libéral, je vous ai connu plus intelligent, votre idée de supprimer la nationalité est absurde, les gens veulent qu'ils payent justement parce qu'ils sont aussi d'abord français.

    RépondreSupprimer
  9. Une taxation confiscatoire pourrait, dans un scénario catastrophe, dissuader Patrick Bruel de sortir son nouvel album à la rentrée et là je ne parle même pas de Véronique Genest qui pourrait arrêter Julie Lescaut sur TF1.

    La situation est grave.
    Sauvons les riches avant qu'il ne soit trop tard.

    RépondreSupprimer
  10. Sauvons les riches avant qu'il ne soit trop tard...
    ...ils ont encore plein de conneries à nous vendre.

    RépondreSupprimer
  11. Poli Elle, je ne pense pas que nous ayons deja eu l'occasion d'échanger, mais bon. Vous dites, "votre idée de supprimer la nationalité est absurde, les gens veulent qu'ils payent justement parce qu'ils sont aussi d'abord français.".

    alors que j'ai écrit "donnons le droit de vote en France uniquement à celles et ceux qui paient de l'IRPP ?" en réaction à "mais pourquoi donc ne pas déchoir les exilés fiscaux de leur droits civiques ?"

    Pour moi, et pour vous aussi j'imagine, la nationalité et les droits civiques, ca n'est pas la meme chose. Les droits civiques, c'est notamment le droit de vote.

    Si, parce que les exilés fiscaux pourraient etre privés de ces droits parce qu'ils ne payent pas les impots, pourquoi ne pas dire clairement que pour avoir des droits civiques, il faut payer des impots ? Accessoirement des étrangers vivant en France pourraient donc voter, mais les français exilés fiscaux ou les français de France mais non taxés, non.

    Qu'en pensez vous ?

    RépondreSupprimer
  12. @ Le Parisien Libéral

    C'est la connerie qui faut taxer, rien que toi, tu renflouerais les caisses !

    RépondreSupprimer
  13. N'hésitez pas, Justice, à développer votre point de vue ...
    Je ne prendrais pas le temps de m'interesser à votre intelligence et à votre intelligibilité des faits si cette question de suffrage censitaire n'était pas une vraie question.

    Je n'arrive pas à comprendre comment à gauche (mais aussi au sein de la droite nationaliste) on peut lier nationalité, droits civiques et taxation.

    RépondreSupprimer
  14. @ Le Parisien Libéral

    Si on déchoit les exilés fiscaux du droit de vote (entre autres) c pas parce qu'ils ne paient pas l'impôt c'est parce qu'ils fuient la France pour ne pas payer l'impôt à la France ! C pourtant pas compliquer à comprendre pour qui a encore un peu de bon sens et de décence !

    La droite et la gauche n'ont pas grand chose à dire de bien passionnant dans le contexte actuel : la différence c qu'il y en a, la gauche, qui mettent très bien en application l'adage qui prévoit que dans ce cas vaut mieux faire profil bas, éviter de trop la ramener ! Qd t'a rien à dire moins t'en dis, moins tu risques de dire des conneries...

    Conclusion : la droite qui dégoise à tours de bras se donne en spectacle à ses dépens ! C pathétique !

    RépondreSupprimer
  15. @ Le Parisien Libéral

    Bien donc, de mon côté, je vais pas m'évertuer à ébruiter la pauvreté de votre argumentation vu les efforts conséquents que vous déployez à le faire par vous même.

    Une dernière chose, si on arrive pas à comprendre quelque chose c'est souvent que l'on ne s'y est pas assez intéressé. En tout cas, c'est mon point de vue.

    RépondreSupprimer
  16. Pour en finir avec cette histoire de droits civiques des exilés fiscaux, certains on l'air un peu lent....

    C'est pas interdire à DSK de porter un slip, il s'en fout le mec, cela lui en touche une sans faire bouger l'autre, c'est lui interdire de porter un pantalon parce que c'est direct attentat à la pudeur et là, normalement, Anne sort le rouleau à patisserie et çà fait mal.

    J'espère n'avoir choqué personne.

    RépondreSupprimer
  17. Corporatisme et abus de langage chez ce Carmignac. Il est vrai qu'il ne faut pas attendre d'un tel individu, qui gagne grassement sa vie grâce aux commissions qu'il perçoit sur les placements financiers de ses clients, qu'il se félicite de la hausse du plafond du livret A. Autant de millions qui vont échapper à sa rapacité ! Pour ce qui concerne l'exode des dirigeants français, il n'y a rien à craindre, tant "la soupe est bonne" en France et, à ce que je sache, les dirigeants français n'ont pas le monopole de la compétence. Pour ce qui concerne la "surfiscalisation" et autres propos farfelus de riches privilégiés, il faudrait rappeler à ce monsieur, que fiscaliser un revenu est légitime dans notre société et que nous ne sommes plus au XVIIIème siècle où les manants étaient à la disposition des seigneurs. Aujourd'hui, ces altesses doivent contribuer à la vie de la société à hauteur de leurs moyens et arrêter par la même occasion de nous donner des leçons de civisme.

    RépondreSupprimer
  18. @ Parisien Libéral

    Votre proposition n'a pas de sens. Payer ses impôts est un comportement civique, fuir cette obligation est un comportement incivique, donc, la privation des droits civiques pourrait être la punition appropriée.

    RépondreSupprimer
  19. "Sauvons les riches avant qu'il ne soit trop tard". Je n'ose imaginer un monde sans eux. Qui pourra nous montrer la voie ? Qui pourrons-nous donner comme modèle à nos enfants ? Qu'attendre de la vie si l'espoir de devenir riche disparaît ? Mais au-delà de ces manques, le plus insupportable serait de priver ces hommes et ces femmes méritants de ce qui leur est dû ! Autrement dit, ce serait tout bonnement injuste !

    RépondreSupprimer
  20. @OZ

    "Depuis plusieurs décennies"

    C'est donc que la faute est partagée..
    c'est la cous des comptes qui le dit. merci de l'admettre.

    RépondreSupprimer
  21. Ne payer plus rien pour les branleurs de fonctionnaires et autres assistés.

    Qu'ils crèvent

    RépondreSupprimer
  22. @Mistral "Moi j'dis, la connerie à c'point là, ça d'vient gênant" - Michel Audiard via André Pouce

    RépondreSupprimer
  23. L'utilité d'un gestionnaire de fortune, c'est bien de faire de l' "optimisation fiscale", à savoir permettre au maximum d'échapper à l'impôt.
    La Commission Européenne vient d'adresser à ses états membres une note rappelant que la lutte contre la fraude et l'évasion fiscale doivent être une priorité. Ils précisent que l'économie souterraine et l'évasion fiscale y afférant représe,nte au bas lot quelques 1 000 milliards annuels et le plus souvent vers des paradis fiscaux européens.

    C'est qui qu'a dit que les paradis fiscaux avaient disparu ?
    Ou ils allaient les lingots de la famille P. ?

    RépondreSupprimer
  24. Ah, oui. J'ai oublié.
    1 000 milliards d'euros, c'est la dette grecque plus la dette espagnole plus la dette italienne et le tout multiplié par deux.

    Pas mal, non ?

    RépondreSupprimer
  25. @Mistral "Moi j'dis, la connerie à c'point là, ça d'vient gênant" -

    que les entreprises de ce pays crèvent les unes derrières les autres avec leurs liquidation, licenciement, ca pose de pb à personne ?

    Mais dire qu'il faut arreter de payer pour les parasites de ce pays, ca gène ?

    Une partie du pays vit au crochet des autres.

    Les fonctionnaires et les assistés sont payé grace aux souffrances et à la précarité des salariés du privé.

    Elle est la seule injustice de ce pays.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.