14 juillet: quand Hollande fait la leçon à Laurent Delahousse

Le 14 juillet est un exercice symbolique, un rite républicain comme les Britanniques ont leur salue de la reine au balcon de Buckingham Palace. Celui-là, 14 juillet 2012, était donc « le premier de la présidence Hollande ».

Passée la description parfois fastidieuse des militaires qui défilaient sur les Champs-Elysées, nous pûmes écouter François Hollande, en direct de l'Hôtel de la Marine, interrogé par Claire Chazal (TF1) et Laurent Delahousse (France 2).

Voici les trois points que l'on pouvait très subjectivement retenir.

Eviter le microcosme médiatique
Nous l'attendions, la question sur le Tweet, le fameux Tweet de Valérie Trierweiler et la réaction semi-officielle et à froid du fils Thomas Hollande. Nous ne fûmes pas déçus. Le sujet était sans intérêt, eu égard au gravissime politico-international. Mais c'était sans doute celui qu'appréciaient les plus les éditocrates. Chazal et Delahousse ne faillirent pas à leur devoir de classe et abordèrent donc le fameux sujet. Et la réponse de Hollande fut simple, directe et ferme. Nous pouvions enfin reprendre une activité normale.

CLAIRE CHAZAL
Monsieur le président, vous avez toujours défendu l'idée d'une présidence normale, pendant votre campagne. Vous aviez d'ailleurs pris des engagements qui ont marqué l'opinion, de ne pas mélanger la vie privée et la vie publique. Est-ce que le tweet de votre compagne, Valérie TRIERWEILER, et aussi les récentes déclarations de votre fils, Thomas HOLLANDE, vous ont gêné ?
FRANÇOIS HOLLANDE

Vous avez rappelé quelle était ma conception : je suis pour une claire distinction entre vie publique et vie privée. Et donc, je considère que les affaires privées se règlent en privé, et je l'ai dit à mes proches, pour qu'ils acceptent scrupuleusement le respect de ce principe.
LAURENT DELAHOUSSE

Est-ce que vous comprenez que les Français aient pu être troublés ?
FRANÇOIS HOLLANDE

Non mais, je pense que les Français ils sont... j'allais dire, comme moi : ils veulent que les choses soient claires, que l'Etat soit dirigé par celui qu'ils ont choisi, et qu'il n'y ait aucune interférence. Donc c'est pour ça que le principe que je viens de rappeler sera scrupuleusement appliqué.  
Ce ne fut pas le seul échange futile et sans intérêt. Il y eut aussi « il va falloir avoir beaucoup de talent, dans les années à venir, pour rester populaire ; est-ce que la popularité c'est quelque chose d'important ? » (Laurent Delahousse), « il n'a pas plu aujourd'hui ! C'était magnifique ! » (Laurent Delahousse, encore), « Vous avez suivi l'équipe de France. Selon vous, finalement, qu'est-ce qui gêne le plus les Français ? C'est l'attitude de certains joueurs, ou les résultats ? » (Laurent Delahousse, encore); « Une question sur Jean-Marc AYRAULT, vous l'avez évoqué il y a un instant. Comment ça se passe, la répartition des rôles ? On a envie de comprendre » (Laurent Delahousse, enfin ?).

Laurent Delahousse s'était surpassé.

A l'inverse, reconnaissons-lui cette audace, le journaliste de France 2 aborda le cas de la nomination de Jean-Pierre Jouyet. L'ancien ami de François Hollande allait être nommé à la tête de la Caisse des Dépôts. A droite, la critique est mal aisée, Jouyet fut ministre de Sarkozy;  la nomination de Jouyet suit la procédure officielle, et Jouyet ne part pas pantoufler dans le privé comme nombre d'anciens collaborateurs de Sarkoland. A gauche, on s'agace et on critique cette nomination « amicale ».

Sortir du piège PSA
Le piège était là, François Hollande allait-il tomber comme jadis Lionel Jospin et Vilvoorde ? Le constructeur automobile venait d'annoncer le plan tant redouté, 8.000 suppressions de postes et la fermeture du site d'Aulnay en 2014.

Le président rappela la manipulation politique (« Le président de Peugeot a même avoué -- et je l'en remercie, de sa sincérité -- qu'il était prêt à annoncer son plan durant l'année 2012, au début de l'année, mais que parce qu'il y avait des élections, on lui avait fait comprendre que c'était mieux de le faire après.  »), et refusa le plan social proposé par la direction du groupe (« Ce plan, je le considère, en l'état, inacceptable »).

En matière de mesures, Hollande en annonça deux qui, sans être complètes ni définitives, ouvraient au moins une perspective politique plus grande que le rafistolage sur-mesure auquel l'administre Sarkozy avait fini par nous habituer. Primo, PSA va subir un audit quasi-présidentiel: « Qu'a décidé le gouvernement ? De nommer un expert, qui va rendre son travail d'ici la fin du mois, pour connaître la réalité de la situation de Peugeot et les justifications ». Avis aux amateurs. Secundo, un plan stratégique pour l'industrie automobile avec, notamment, « des mécanismes d'incitation pour que nos véhicules, les véhicules français, fabriqués en France, soient davantage achetés.»

Faire la pédagogie de la rigueur
Hollande n'aime pas le terme. Qu'il nous pardonne de l'utiliser.  

Ce samedi, le président français a dû faire de la pédagogie de la rigueur. Ce ne fut pas toujours facile. Les deux journalistes voulaient des réponses simples. Laurent Delahousse piaffait d'impatience. Il exigeait des « annonces » intelligibles pour faire une accroche de JT (« Je reviens juste sur la question de la CSG : c'est une question qui est tout de même à l'étude aujourd'hui, au sein du gouvernement ? »).

Hollande avait beau répéter que le budget 2013 devait se construire, que les ministères devaient travailler à leurs économies et leurs missions, que c'était le job du premier ministre que de « conduire la politique de la nation »; qu'il ne voulait « décider de tout, tout seul », rien n'y faisait.
« Il n'y a qu'un mot, dans ma bouche, qui sera employé, parce qu'il correspond à ce que je veux faire, pour mon pays... L'effort juste.(...) Oui, il nous faut faire des efforts, y compris en faisant des économies, y compris en appelant les ressources, pour la fiscalité, de celles et ceux qui ont déjà eu beaucoup.»

8 commentaires:

  1. Clair, net, et précis.
    Pas mieux.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien aimé et l'ai dit dans un précédent billet. On attend maintenant

    RépondreSupprimer
  3. Pas relevé grand chose d'intéressant dans les propos de Flamby

    http://leparisienliberal.blogspot.fr/2012/07/le-14-juillet-de-hollande-analyse-datee.html

    RépondreSupprimer
  4. Pas si insignifiant le tweet... Commode de parler de domaine du privé alors qu’il s’est agi d’une implication politique avec des répercutions (pour Royal) Le "microcosme médiatique" Hollande en a besoin et sait très bien jouer avec. En fait son côté "patelin" est tout aussi minable que le comportement bling bling de Sarkozy. Cet homme nous abusera tout comme Sarkozy.

    RépondreSupprimer
  5. Comme le dit "lamouettepolis", le tweet n'était pas si insignifiant. Mais si FH avait recadré immédiatemment VT, cet incident n'aurait pas pris autant d'ampleur. Cela damande aussi du courage!!!

    RépondreSupprimer
  6. @ Andrushka

    Pas d'accord. La recadrer ? Avant le tweet c'était inutile, après c'était trop tard. Ce n'est pas parce qu'il ne l'a pas recardée que ce tweet a pris une telle ampleur, c'est parce que toute la presse, à l'affût du buzz, s'est jetée dessus, et parce qu'effectivement, c'était un sale coup pour Royal, et pour Hollande.

    RépondreSupprimer
  7. Il l'a sans doute recadrée en privé ; c'est probable. Il ne pouvait la tancer au vu des médias.

    Togram

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

CE QU'ILS ONT DIT

RUBRIQUES

1914-18 (1) 2017 (3) activite enfant (4) agence de notation (2) agriculture (15) alain soral (3) Alliot-Marie (94) Angela Merkel (4) annonce garde enfant (2) antisémitisme (4) asile (1) assurance maladie (3) austérité (12) Ayrault (108) Balkany (2) Barbier (2) Bedos (1) Bernard Tapie (6) Bertinotti (3) Besson (8) Bettencourt (2) bfm (2) bijoutier (1) blog (364) blogosphère (54) blogueurs (24) blogueuses (22) Borloo (82) Boutin (1) Bretagne (3) Brignoles (6) budget (8) Buisson (5) Cambadelis (1) canalplus (1) candidat (10) carla bruni (92) Cazeneuve (12) censure (53) Centrafrique (4) Cesar (2) Chirac (2) chroniques (386) chômage (157) cinema (1) Closer (2) commerce (2) contrat de travail (62) Copé (39) CopéGate (6) cotisations (4) coupdegueule (11) Crédit Lyonnais (1) culture (37) Cécilia (77) Darcos (71) Dati (233) dette (3) Dieudonné (10) dimanche (4) Droite (579) ducon (403) Duflot (9) Défense (92) délinquance (3) députés socialistes (4) ecologistes (4) Education (166) EELV (6) Eglise (2) election legislative (1) election municipale (3) entreprises (5) Environnement (197) Eric Besson (83) Eric Doligé (1) Error (2) espionnage (1) Europe (255) Fabius (11) Facebook (1) fachosphère (7) famille (3) Filippetti (4) Fillon (479) Finances (367) fiscalité (347) Florange (1) FN (5) France (483) Françafrique (121) François Hollande (273) front national (36) front populaire (2) frontaliers (1) Fukushima (1) Games of Thrones (1) garde d enfants (2) Gattaz (3) Gauche (263) gauchosphère (9) Gayet (1) Google (1) gouvernement (1157) grunen (1) grève (1) Guaino (2) Guerre (6) Guéant (71) Hamon (2) heures supplémentaires (71) Hidalgo (2) Hollande (415) Hortefeux (237) humour (100) identité nationale (155) immigration (309) impot (1) impots (2) impôts (1) incompétence (96) industrie (3) indépendance (99) infowar (8) Insécurité (167) international (483) inégalités (296) ipsos (1) Iran (1) Islam (2) Israel (1) IVG (1) juan (1) Juan Politic (383) Julie Gayet (6) Juppé (35) justic (1) justice (431) Kouchner (110) Lagarde (156) Le Foll (2) Le Pen (30) libre-échange (1) logement (3) Mamère (1) Mandela (2) manifestations (69) mariage gay (5) Marisol Touraine (6) Maroc (1) Marseille (1) Martinon (45) Maurice Lantourne (1) medecin (1) MEDEF (5) Melenchon (8) Merkel (1) Ministre (47) Montebourg (5) Morano (2) Morin (36) Moscovici (14) médias (429) Mélenchon (9) météo (1) nostalgie (1) Obama (3) ONU (1) OPA (1) Opinion (496) Pacte de responsabilité (3) Palestine (1) Parlement (103) Parti Socialiste (100) pauvreté (6) PCF (1) Pierre Estoup (1) plans (1) plein emploi (75) police (252) politique (1043) politique budgetaire (19) polémique (230) polémiques (57) Poutine (3) pouvoir d'achat (69) povcon (50) prison (26) prole (1) promess (1) promesses (1666) prostitution (1) Précarité (52) Président (519) Pécresse (47) qatar (1) racisme (1) Rajoy (1) reacosphère (3) religion (31) repentance (20) retraite (165) Rom (5) Royal (1) Russie (1) réac (2) récidive (40) réforme (5) régions (1) Santé (122) Sapin (11) sarkofrance (2365) Sarkozy (3674) securite sociale (5) service minimum (51) smic (1) solidarité (1) sondage (92) Standard and Poor's (1) Suisse (1) Surveillance (20) Syrie (5) Ségolène Royal (5) sénateur (2) Taubira (14) territoriale (1) theorie du genre (1) Thorez (1) tireur fou (2) Touraine (1) Transatlantic Trade and Investment Partnership (3) travail (4) TVA (1) UMP (697) vacarme (67) Vallaud-Belkacem (21) Valls (127) Valérie Trierweiler (4) vincent peillon (6) violence (118) voeux (1) Vrauche (1) wauquiez (6) Woerth (158) Xavier Bertrand (77) écologie (2) économie (184) élections (383) élections européennes (4) éthique (960)