Impôts: la droite couine avant d'avoir mal

Un premier ministre britannique qui en appelle aux exilés fiscaux français.

Une patronne qui s'énerve contre une micro-taxe sur les dividendes pas même confirmée.

Un G20 qui débouche sur une habituelle déclaration de principes...

De Cameron à Parisot
Un nouveau G20 s'est déroulé en début de semaine au Mexique. Le premier ministre britannique a voulu faire sensation, lundi soir, devant un parterre de grands patrons, réunis sous l'ambitieuse appellation de « B-20 » (B pour « Business »). Il s'est amusé à tacler la future taxation à 75% des revenus supérieurs à un million d'euros. On appelle cela la solidarité européenne version libérale.
«Quand la France instituera un taux de 75% pour la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu, nous déroulerons le tapis rouge et nous accueillerons plus d'entreprises françaises, qui paieront leurs impôts au Royaume-Uni»
En fait, David Cameron est assez mal en point dans son propre pays. La collusion de ses proches avec l'empire Murdoch, sur fond d'écoutes téléphoniques et d'espionnage de journalistes, n'en finit pas de secouer le landernau britannique. Lui-même a été auditionné par un juge voici 5 jours. Autant dire qu'il avait besoin de faire les bravaches à l'étranger. « Je ne ferai rien qui puisse ébrécher la cohésion des Européens. Chacun doit être responsable de ce qu'il dit » a rétorqué François Hollande.

Le chantage à l'évasion fiscale est une vieille antienne des néo-conservateurs. La délocalisation fiscale existe, et existera tant que des paradis fiscaux existeront. On croyait que ces derniers avaient été disparu. La récente campagne présidentielle a permis de constater que même l'ancien Monarque n'y croyait plus. En effet, pris de remords ou d'une soudaine envie d'agir, Nicolas Sarkozy avait institué une « exit-tax » l'an dernier, applicable sur les revenus 2011. Candidat, il avait aussi proposé de taxer à l'avenir le patrimoine des exilés fiscaux.

Malades imaginaires
En France, le chantage fiscal était aussi d'actualité.

Faudrait-il prévoir la déchéance de nationalité pour les exilés fiscaux ?

Pour cet été, le gouvernement Ayrault prépare quelques mesures pour son collectif budgétaire de juillet prochain. L'une d'entre elles, révélée par les Echos, fait frémir le patronat: taxer davantage les dividendes versés aux actionnaires. Le supplément de taxe est pourtant modeste - 3% de prélèvement à la source sur les dividendes versés aux actionnaires. Mais il n'en fallait pas davantage pour que le quotidien économique s'insurge: « Les entreprises vont être taxées à 3 % sur les dividendes versés aux actionnaires ». Et un courtier chiffrait rapidement la «catastrophe »: les entreprises les plus touchées seraient, Total (coût de 170 millions d'euros), Sanofi (123 millions), GDF Suez (101 millions), France Télécom (94 millions), EDF (63 millions) et Axa (53 millions).

Les entreprises à nouveau taxées ? Pas vraiment, la formule est trompeuse.

Comme tout prélèvement à la source, cette nouvelle taxe frappe d'abord... les actionnaires, rebaptisés « investisseurs » dans l'argumentaire du Medef: « Augmenter la fiscalité des dividendes, c'est courir le risque que ces investisseurs privés soit investissent moins, soit investissent ailleurs, soit même cessent d'avoir envie d'investir tout court » a regretté Laurence Parisot. En ajoutant que « mettre la fiscalité des revenus du capital au même niveau que la fiscalité des revenus du travail », cela « assécherait l'économie ». Au moins, l'argumentaire est direct. Selon la patronne du Medef - qui postule à un troisième mandat - le capital doit être moins taxé que le travail, même en période de grave crise. Cette hiérarchie des valeurs sera-t-elle assumée à l'UMP dans son grand aggiornamento ?

Qui criait, main sur le coeur, qu'il fallait réévaluer la taxation des revenus du capital (dont les dividendes font partie) au niveau de l'imposition des revenus du travail ? Qui promettait de réduire les abattements fiscaux sur dividendes pour 1,5 milliards d'euros annuels ?

L'objectif de recettes fiscales semble modeste: 800 millions d'euros en année pleine. Et les PME, c'est-à-dire les entreprises indépendantes de moins de 250 salariés et moins de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires, en seront exonérées. Pour mémoire, les dividendes versés cette année en France au titre des résultats 2011 des entreprises du CAC40 devraient se chiffrer à 37 milliards d'euros...

Mauvaise nouvelle au G20
Au G20, l'équipe Hollande n'a pas eu gain de cause: la taxe sur les transactions financières internationales ne figure pas dans le communiqué final du sommet. C'est un échec. Les négociateurs français étaient déçus: « C’est une déception, mais on a pu constater que l’agenda reste vivant et que de nouveaux sujets apparaissent notamment sur les questions de régulation financière ». Des ONG étaient même furax.

En réalité, cela ne change pas grand chose. Pour les sarkozystes, cette taxe existe déjà, leur ancien mentor l'avait institué ! On savait qu'il en était rien, Sarkozy avait simplement rétabli un impôt de Bourse qu'il avait précédemment supprimé (en 2007).

Depuis la Grande Crise de l'automne 2008, on ne comptait plus les communiqués prétendument triomphants de ce genre de pinces-fesses internationaux. Au moins, le président français a-t-il pu afficher sa différence de méthode: concertation et respect. Juste avant de venir à Los Cabos, il s'était fendu d'un long échange avec Angela Merkel.

Lors de sa conférence de presse, François Hollande a tracé la voie: « si on veut avancer sur la taxe, il ne faut pas chercher l'unanimité, elle est impossible, ou alors on est dans l'ordre du voeux pieux. Ce sera donc de la responsabilité de certains pays qui sont convaincus de l'utilité de cette instrument, du rendement qui peut être le sien, d'avancer, soit au sein de l'Europe par un coopération renforcée, soit par une mise en place d'un outil commun avec des pays de plusieurs continents.»

Bonne nouvelle, c'était l'un des points d'accords... avec Angela Merkel.



24 commentaires:

  1. "L'une d'entre elles, révélée par les Echos, fait frémir le patronat: taxer davantage les dividendes versés aux actionnaires"

    elle va crééer une assoc , la parisette
    ça va s'appeler TOUCHE PAS A MON CAPOTAL

    RépondreSupprimer
  2. C'est marrant, j'ai eu la même réflexion, sur mon dernier article, inspiré d'ailleurs par bobcest moi:
    http://spartakiste.blogspot.fr/2012/06/devenons-un-paradis-fiscal.html

    RépondreSupprimer
  3. L'Etat, actionnaire d'Orange, a refusé de diminuer les distributions de dividendes lors de la dernière assemblée, ce qui aurait permis à l'entreprise soit d'investir, soit de renforcer ses fonds propres...
    Tout n'est pas toujours d'une très grande cohérence là dedans.

    RépondreSupprimer
  4. "Du 6 mai 2007 au 17 juin 2012, ce blog politique s'appelait Sarkofrance."

    ==> et le 18 juin chacun sait ce qu'il advint : " la France, la France outragée ! la France brisée ! la France martyrisée ! mais la France libérée !... "

    "«Quand la France instituera un taux de 75% pour la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu, nous déroulerons le tapis rouge et nous accueillerons plus d'entreprises françaises, qui paieront leurs impôts au Royaume-Uni»"

    ==> le gars qui parle là, il s'imagine qu'il peut faire ses petites affaires tranquillement, que personne ne va rien lui dire. Il croit peut-être que les responsables d'entreprise peuvent comme ça aller et venir, prendre la France pour un paillasson auquel on préfèrerait le tapis rouge des british ... Pauvre gars ; il semble avoir du mal à comprendre que le vent tourne !

    Il s'imagine qu'il peut se conduire avec une vulgarité et une bassesse sans nom sans encourir la moindre responsabilité par devers les peuples et l'Histoire. Il se croit encore avant 2008, au temps bénis où le buziness world était roi, où les peuples devaient courber l'échine, au temps de l'ultralibéralisme sans foi ni loi autre que celle de l'intérêt particulier ! Au temps où la dérégulation encensée était supposée régler la marche des sociétés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous croyez vraiment que les temps ont changé ? J'en doute.

      Supprimer
    2. Ben en tout cas plus grand monde y croit !

      Supprimer
  5. La maison brûle et lolotte Parisot s'offusque de la suie sur son tailleur.

    RépondreSupprimer
  6. Voici mon blog politique, articles complets illustrés et originales, jetez y un coup d'oeil svp ==> http://pointdevuepolitique.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  7. http://lexpansion.lexpress.fr/economie/menace-sur-l-attractivite-de-la-france-detronee-par-l-allemagne_305289.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit des effets de l'année 2011, année pendant laquelle sévissait encore en France le monarque président des riches.

      Supprimer
    2. Merci, mon gros mistral, pour ta contribution très sobre ce soir. Je t'invite, mon gros toutou de la "vraie droite", à nous faire présenter les argumentaires de tes amis. Ce sera plus intéressant et nous pourrons les analyser ensemble. Passe une bonne soirée entre ton canapé, tes pantoufles et tes rêves de Rambo, qui "bouffe du gaucho" !

      Supprimer
  8. Parisot, c'est le patronat le plus rétrograde et le plus avide. Parisot, c'est celle qui travaillait main dans la main avec Xavier Bertrand, avec les conseils des think tanks de l'UMP, pour déréguler et casser le droit du travail. Les accors emploi-compétitivité, ça ne vous rappelle rien ? Parisot, c'est celle qui demandait,dans la connivence, à son ami NS, de lui faire confiance pour limiter les dérives du capitalisme entrepreneurial avec le résultat que l'on connaît. Parisot, c'est celle qui alerte aujourd'hui le nouveau Président sur les effets négatifs pour notre économie d'une augmentation de l'imposition sur le capital. Notez bien que si sa com' évolue au gré des changements politiques, l'objectif reste toujours le même : enrichir les riches, les aider à ses goinfrer jusqu'à n'en plus pouvoir ! Ce ne sont ni les scrupules, ni les états d'âme, qui encombrent Laurence Parisot, fille à papa, héritière bien née, exemple de la méritocratie sarkozyste. Merci papa, merci maman !

    RépondreSupprimer
  9. Une question pour vous :

    Il y a 1800 gros méchants riches qui sont partis depuis le 6 mai un majorité avait préparé sont départ .
    Comment fait on pour empêcher les autres de partir?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "LA France tu l'aimes ou tu la quittes"

      Ils ont choisi.

      Supprimer
    2. Aimer la France n'a rien à voir avec payer pour les fonctionnaires

      Supprimer
    3. Précisément si car la France c'est aussi ses fonctionnaires et le service public à la française !

      Supprimer
    4. le service public à la française c'est ça:
      HOTEL DES IMPÔTS
      RENNES
      Horaire d'ouverture : tous les jours de 9h00 à 16h30 (sauf samedi évidement!!)

      mairie de ma ville:
      9h30 12h00-14h30 16h30

      la poste n'en parlons même pas .

      alors pour le service du public on repassera ....

      Supprimer
    5. Ce sont les horaires d'ouverture au public, pas les horaires de travail.

      Supprimer
  10. @desmotscratie

    Belle mentalité .
    Belle réponse .
    Ça va tout arranger ça c'est sur !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai fait que reprendre une mise en demeure formulée par une personnalité politique de premier plan récemment retirée des affaires ! Veuillez vous tourner vers son auteur pour toute réclamation.

      Supprimer
  11. Ah je trouvais ça bizarre aussi que vous apportiez des arguments.
    Bon tant pis pas de solutions ici alors !

    RépondreSupprimer
  12. "Ce sont les horaires d'ouverture au public, pas les horaires de travail."

    pas de bol j'ai travaillé au impôts en 2007 et c’était à 1h prés mes horaires de travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vous avez eu le sentiment d'être un privilégié qui n'en foutait pas une en étant trop bien payé.

      Bon, ça vous faisait une journée de huit heures et demie de travail, vu que de 9 h à 16 h 30, il y a tout de même sept heures et demie. Il me semble que la journée de huit heures est assez répandue, et même considérée comme normale.

      Supprimer
  13. Je vais vous décrire la journée typisue que je faisait :
    Arrivée à 08h30 ... Café jusque 09h15...20.... Boulot jusque 10h .... Café jusque 10h45 .... Boulot jusque 11h45.....12h... Fini et après midi ... Idem donc total journée ... Environ 3 h00 de boulot effectif
    Je ne dis pas que c'est des fainéants je dis juste que les journées sont mal gérées !! C'est tout.

    Pour Info cela se passait au centre des impôts de Rennes secteur nord /est / ouest je n'ai pas fais le secteur nord mais bon ....

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

VIDEOS DE GAUCHE

VIDEOS DE DROITE