265ème semaine politique: Hollande répare, Hollande remplace

Nicolas Sarkozy est revenu, mais le ménage se poursuivait. Pas à pas. Petit pas après petit pas. Sans surprise, on attendait la nouvelle Assemblée. François Hollande continuait un quasi-sans faute.

Cette semaine, la 4ème de la France d'après, fut celle des premiers ménages.


Premiers ménages
Mardi, François Hollande a expulsé l'ambassadrice de Syrie. On avait oublié qu'elle était encore là. On ne savait plus pourquoi Nicolas Sarkozy n'avait pas procédé de la sorte dès les premiers massacres...

Le même jour, Jean-Marc Ayrault séchait les critiques en annonçant un prochain plafonnement des rémunérations des patrons d'entreprises publiques. Il y a 10 jours, quelques UMPistes s'étaient dépêchés de crier à l'abandon d'une promesse. Prématurément. « C'est de la com' » a brièvement commenté Jean-François Copé mercredi. L'UMP est silencieuse quand ça l'arrange. L'affaire s'est prolongée jusqu'à chez Air France et Safran, deux entreprises dont l'Etat est actionnaire minoritaire: chez la première, l'assemblée générale des actionnaires a désavoué la décision des administrateurs de verser une indemnité de non-concurrence à l'ancien DG. Chez la seconde, le parachute doré et la retraite chapeau du dirigeant ont été récusées.

Premiers remplacements
Mercredi, le trio de tête de la police française était limogé. On se demandait pourquoi Nicolas sarkozy n'avait pas fait le ménage lui-même. Frédéric Péchenard, directeur général de la police nationale avait tout couvert, tout assumé. Bernard Squarcini avait été si zélé et si secret: le scandale de Tarnac; l'espionnage des journalistes du Monde; la couverture d'Alexandre Djouhri; les affaires Guérini ou du cercle Wagram; ... les pièces à charge ne manquaient pas.

François Hollande, à en croire l'obscure feuille de choux gauchiste dénommée Les Echos, commençait à « imprimer son style ». Lequel ? Il avait pris le train et même la voiture, plutôt que son Airbus présidentiel à 300 millions d'euros acquis par son prédécesseur. Il s'était même rendu à France 2, plutôt que de convoquer les journalistes dans son palais. C'était sa première intervention télévisée depuis l'élection. Elle fut sobre, simple, prudente. Il y avait encore des grincheux pour râler du manque d'annonces. Ils avaient sans doute oublié de lire le programme sur lequel Hollande avait été élu voici 4 semaines.

Aucun état de grâce
Il n'y avait aucun état de grâce. Certes, les sondages étaient excellents. Mais nombre de ministres étaient en risque, tant la bataille politique restait âpre. La presse, même de gauche, ne lâchait pas non plus grand chose, sans attendre l'élection d'une nouvelle Assemblée. Mediapart accusa deux nouveaux conseillers de conflits d'intérêt. L'un n'était même pas en poste. Libération s'agaça d'une trop forte proportion de conseillers « mâles et blancs » dans les ministères. Nous n'aimions pas ce passage à la Lanterne. Vendredi, les syndicats de policiers quasi-unanimes fustigèrent la proposition de Manuel Valls d'imposer la remise d'un récépissé par les forces de l'ordre à chaque contrôle d'identité.

Les choses sérieuses allaient commencer.

A droite, la riposte était toujours maladroite ou outrancière. On tentait de débusquer des affaires. Le PS retira ainsi son investiture à une députée sortante de Marseille, Sylvie Andrieux, accusée de détournements de fonds. L'UMP rechignait à un quelconque ménage. Pire, les « amis de Sarkozy » lancèrent la création de leur association, la veille du retour de leur mentor de son palace marocain. La brochette était belle: Alain Joyandet - qui avait dû démissionner du gouvernement Sarkozy après l'utilisation d'un jet privé sur fond publics, et qui avait pu cumuler le commerce du bois précieux avec sa fonction de ministre de la Coopération; Brice Hortefeux, l'ancien ministre condamné pour injure raciste et mis en cause dans l'affaire Karachi; Christian Estrosi, également amateur de jet privé quand il était ministre.

A droite, on commençait surtout à régler les comptes, sans attendre les scrutins des 10 et 17 juin. Alain Juppé a dû démentir vouloir reprendre la présidence de l'UMP, une intention que Paris Match lui prêtait pourtant citations à l'appui. Au JDD.fr, l'ancien ministre Hervé Morin a flingué son ancien adjoint Jean-Christophe Lagardevoyou ») et Rachida Dati (« la plus grande menteuse de la République »). Laquelle a admis qu'elle voterait pour Fillon à Paris mais qu'elle n'en pensait pas moins.

A droite, certains pensait encore que Nicolas Sarkozy aurait dû gagner, que la défaite n'était qu'un malentendu. Nous connaissions ce sentiment. L'ancien Monarque avait pourtant récolté 20 millions de voix contre lui.

Premières urgences
En Conseil des ministres fut adoptée la revalorisation promise de l'allocation de rentrée scolaire (+25%) pour 3 millions de familles. L'hébergement hivernal d'urgence fut prolongé sans date couperet, par Cécile Duflot. Manuel Valls et Marisol Touraine abrogèrent la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers. Christiane Taubira et Najat Vallaud-Belkacem ont promis une loi sur le harcèlement sexuel. Quelque 1.000 renforts, pour l'essentiel enseignants, seraient dépêchés à la rentrée prochaine dans les établissements publics. Le ministre de l'éducation nationale Vincent Peillon avait décidé de publier 17 rapports tenus secrets par son prédécesseur Luc Chatel. Des inspecteurs avaient alerté Chatel des ravages des réductions d'effectifs sur le remplacement des absences, la division par deux du taux de scolarisation des enfants de 2 à 3 ans en maternelle; ou le coût prohibitif des fameux internats d'excellence si chers à Nicolas Sarkozy.

A Florange, le site restait fermé, et pour au moins 6 mois. Arcelor-Mittal l'a confirmé vendredi. Rappelez-vous ces déclarations de campagne de Nicolas Sarkozy, le 2 avril dernier: « ces travaux ont démarré –, 7 pour la cokerie, 8 millions pour l’usine de fabrication de produits pour l’automobile. C’est de l’investissement pour Florange ! Et il est décidé ». Un vrai mensonge. Le gouvernement Ayrault a déjà en main une liste d'une quarantaine de plans sociaux à venir, la plupart reportés après le scrutin présidentiel. Mardi, le premier ministre avait reçu les partenaires sociaux pour préparer la conférence sociale de juillet. Le soir, Hollande promettait un coup de pouce du SMIC (inférieure à 5% d'après Ayrault).Le Medef et la droite crièrent au scandale.

Premières résistances
Jeudi soir, le gouvernement français, par la voix de sa ministre des Sports Valérie Fourneyron, annonçait qu'aucun représentant du gouvernement ni, évidemment, le président Hollande, ne se rendrait aux matches de l'Euro de football en Ukraine. Le pays était une sale dictature.

Vendredi, Vladimir Poutine était à Paris, après une escale à Berlin. Il faisait grise mine. Nulle embrassade souriante devant photographes et caméras comme du temps de Nicolas Sarkozy. Le Monarque avait perdu son ami Nicolas, et savait le nouveau président français bien opposé sur la Syrie.

Bachar el Assad avait provoqué un début de réaction onusienne, le weekend dernier, après un nouveau massacre de civils, dont 25 enfants, à Houla. Mardi soir, Hollande n'excluait pas une intervention militaire, une option inacceptable pour Poutine. Le Monarque russe était aussi énervé du boycott politique de l'Ukraine par la France: « Je ne pense pas qu'il faille boycotter des événements sportifs pour des raisons politiques ».

La conférence de presse commune des deux chefs d'Etat fut plutôt tendue. « Monsieur Assad a visité plus souvent Paris que Moscou » confia Poutine. Il avait raison. Jusqu'en décembre 2010, le boucher syrien était l'un des meilleurs alliés de Sarkofrance. « Je n'ai rien à voir dans ces visites. C'est un autre temps » répliqua Hollande. « Le régime de Bachar al-Assad s'est conduit de manière inacceptable, intolérable et a commis des actes qui le disqualifient. (...) Si nous voulons obtenir ce résultat, il doit y avoir des sanctions, il doit y avoir des pressions ». Poutine ne souriait pas. « Les sanctions sont loin d'être toujours efficaces

Le même jour, le représentant russe au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a voté contre l'ouverture d'une enquête internationale sur la tuerie d'Houla

Vladimir était un personnage important, mais un homme indigne.



Nous n'étions plus en Sarkofrance, mais pas encore dans la France d'après.

15 commentaires:

  1. Le même jour, le représentant russe au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a voté contre l'ouverture d'une enquête internationale sur la tuerie d'Houla.
    Vladimir était un personnage important, mais un homme indigne.
    Nous n'étions plus en Sarkofrance, mais pas encore dans la France d'après.

    certes mais l'urss (c'est pas un lapsus) est encore en poutineland

    RépondreSupprimer
  2. Pour la Syrie, je le répète, ce n'est plus une histoire d'un dictateur contre son peuple: c'est une guerre civile, qui risque d'aboutir à l'instauration d'un régime islamique. Et sa première cible sera Israël.
    Et je le dis en toute objectivité, sans dire ce que je pense à ce sujet.
    Et la France est très mal placée pour l'instant.
    Pour le reste, nous sommes d'accord.

    RépondreSupprimer
  3. Il a méprisé le bouffon Poutine et il a eu raison.

    Hollande est illégitime.

    Sarkozy était respecté sur la scène internationale.

    Le guignol est méprisé.

    Hollande est en train de détruire le couple franco allemand au moment ou l'Espagne va exploser entraînant l'Euro avec.

    Que doit on supporter de plus ? Quelle pantalonnade allons nous subir encore ? Dans une Europe ou les nationalisme explose, nous avons ...Hollande !!

    Quelle misère ! Pauvre France !

    HOLLANDE DEMISSION !!! VITE !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rappelle-toi ton idole, faible avec les forts et dur avec les faibles. Comme il était souriant et amical avec les dictateurs : Kadhafi en représentation à Paris, Assad au défilé du 14 jullet, Poutine grand vainqueur du conflit géorgien et tant d'autres ... Alors, épargne-nous tes propos délirants sur le nouveau Président, un Président, qui prend enfin de vraies décisions au risque de déplaire aux puissants !T'as qu'à voir la tête de Poutine à sa dernière conférenc de presse, toutou. Waou, waou ...

      Supprimer
    2. Sarkozy préfère dialoguer plutot que la guerre. Il a essayé avec Kadhafi et Assad ou avec l'Iran.

      il a réussit en Georgie.

      L'histoire retiendra que c'était un grand président, et l'histoire n'est pas fini.

      Sarkozy reviendra car ses idées sont majoritaires.

      Supprimer
    3. Parler à un sarkolâtre de votre acabit étant l'équivalent de s'adresser à un mur, ce qui suit sera sans aucun doute inutile, mais Sarkozy n'a rien réussi du tout en Géorgie. Les Abkhazes et les Ossètes ne voulaient pas être Géorgiens, ils ont fait sécession, avec l'appui de la Russie, et aujourd'hui, les Géorgiens n'ont plus aucun contrôle sur l'Abkhazie ni l'Ossétie qui, même si leur indépendance n'a été reconnue que de très peu de pays, sont, de fait, indépendantes, si on peut appeler ainsi des satellites de la Russie.

      Dans cette affaire, Sarkozy n'a fait que brasser du vent, sous le regard bienveillant de Poutine.

      Supprimer
  4. Sarkozy était vert de jalousie devant Poutine et à sa relation décomplexée au pouvoir et à l'argent. Il lui léchait les bottes à tout bout de champ. Il a été le premier dirigeant à l'appeler après son élection illégitime et à le féliciter.

    Sarkozy a été durant cinq ans une honte pour la France, la plupart des dirigeants se moquait de lui, de son agitation de petit chien fou lors des sommets internationaux. Il exaspérait tout le monde par la façon qu'il avait de tout ramener à lui et par son besoin irrépressible de se mettre en évidence : "J'ai sauvé l'euro, la Grèce, etc, etc. On voit aujourd'hui ce qu'il en est.

    C'est un imposteur que nous avons chassé du pouvoir le 6 mai. Mais il reviendra à coup sûr ! Il faut s'y préparer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le soutien par exemple d'Obama ou de Merkel prouve le contraire de vos propos injurieux.

      On est en train de passer pour des cons.

      A cause d'une élection truqué par les médias. A cause d'un guignol qui ne fait pas rire mais casse ce qui existe, à cause d'une politique économique qui va ruiner le France et l'Europe.

      Combattre l'usurpateur ne relève pas du simple combat politique.

      Combattre la secte socialiste qui veut accaparer tous les pouvoirs relève du sauvetage de la République.

      Supprimer
    2. Le soutien d'Obama ? C'est votre façon de faire de l'humour je suppose ? Vous n'avez certainement pas dû lire ce que la presse américaine rapportait des propos d'Obama sur Sarkozy. Il se moquait ouvertement de lui.
      A moins que vous ne vouliez parler de cette ridicule mise en scène devant la caméra ou Sarko s'adresse dans un anglais déplorable à Obama et tente de lui soutirer publiquement son appui ?

      Le soutien de Merkel ? On comprend bien qu'elle souhaitait sa réélection. Sarko était son petit toutou et il lui mangeait dans la main. Depuis le 6 mai elle rigole moins la teutonne et les autres pays de l'UE ont à nouveau droit de cité. Il était temps car le petit bonaparte, il pensait vraiment faire de l'Europe son empire personnel.

      Vous n'avez donc jamais compris que ce type n'en a strictement rien à foutre de la France et des français ? Tout ce qui compte pour lui c'est de pouvoir satisfaire et remplir son petit narcissisme défaillant. Il n'a tenu quasiment aucune de ses promesses en matière de chômage, pouvoir d'achat, respect de la séparation des pouvoirs, sa république irréprochable.
      La France qui il y dix ans était économiquement et industriellement aussi forte que l'Allemagne est devenue une nation de seconde zone, à qui on a enlevé, sous l'ére Sarko son triple A.

      A la différence de vous, je ne crois pas au Messie mais ce que je sais c'est que Sarkozy a été véritablement néfaste pour notre pays. Les français l'ont d'ailleurs lourdement sanctionné le 6 mai. Il a perdu plusieurs millions de voix en cinq ans !
      Jamais président sous la cinquième n'a été aussi critiqué, jusque dans son propre camp. Mitterrand et Chirac ont été réélu haut la main. Giscard était encore largement en tête dans les sondages à trois mois de la présidentielle de 81.

      Supprimer
    3. http://www.europe1.fr/Politique/Sarkozy-de-retour-en-France-1111307/

      Il reviens ...

      Supprimer
    4. "Les français l'ont d'ailleurs lourdement sanctionné le 6 mai. Il a perdu plusieurs millions de voix en cinq ans !"

      Je rappelle que votre nabot a été élu par une minorité de votant au second tour de la présidentielle. Ca c'est du jamais vu.

      Je rappelle que malgré une campagne médiatique indigne, indigne d'une démocratie, malgré le vote blanc FN, malgré l'achat du vote communautaire, Nicolas Sarkozy à 600 000 voix près aurait pu être réélu. Une semaine de plus aurait suffit.

      Je n'accepte pas Hollande. Je ne reconnais pas son élection. Et je suis révolté. L’élection de Hollande est une tache sur le drapeau français, sur la République.

      Ce n'est pas l'alternance le problème. Il est normal que la gauche gouverne. Le problème c'est de gagner par effraction.

      Les socialistes vont le payer cher. Ce n'est qu'une question de temps. Le plus vite sera le mieux.

      Vive Nicolas Sarkozy, Vive la République et Vive la France.

      Supprimer
    5. Il revienTTTTTTT

      Mistral, dans votre boulot, j'espère que vous avez une bonne secrétaire - bien payée.

      Faudrait p'têtre vous y mettre au boulot au lieu de bloguer comme un petit fou !!!!

      Supprimer
  5. mistral, t'aurais pas compris que NS était dans l'ombre de Merkel, incapable de la faire bouger d'un millimètre dans ses choix et tu croyais l'inverse ? La triste vérité, c'est que Merkel avait son caniche (NS à Paris) comme Bush avait le sien (TB à Londres). Pour ce qui concerne les sectes, t'es bien placé pour en parler, adorateur de ton maître déchu. Enfin, j'te rappelle que le nouveau Président vient d'être élu au suffrage universel, comme son prédécesseur. Reconnaissons que la méthode donne parfois de sacrés résultats, comme en 2007, où un bonimenteur nous a fait un remake de la fable de La Fontaine en endossant le costume du renard pour faire tomber le fromage dans sa gueule ! Malheureusement pour le goupil, les électeurs se sont réveillés !

    RépondreSupprimer
  6. Le changement c'est maintenant :

    http://www.boursier.com/actualites/economie/l-irlande-approuve-le-pacte-budgetaire-europeen-15180.html?google_editors_picks=true

    RépondreSupprimer
  7. Mistral ! Retire ton masque !
    Je sais bien que tu es Sarkozy !!!

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

CE QU'ILS ONT DIT

RUBRIQUES

1914-18 (1) 2017 (3) activite enfant (4) agence de notation (2) agriculture (15) alain soral (3) Alliot-Marie (94) Angela Merkel (5) annonce garde enfant (2) antisémitisme (4) asile (1) assurance maladie (3) austérité (12) Ayrault (108) Balkany (2) Barbier (2) Bedos (1) Bernard Tapie (6) Bertinotti (3) Besson (8) Bettencourt (2) bfm (2) bijoutier (1) blog (364) blogosphère (54) blogueurs (24) blogueuses (22) Borloo (82) Boutin (1) Bretagne (3) Brignoles (6) budget (9) Buisson (5) Cambadelis (1) canalplus (1) candidat (10) carla bruni (92) Cazeneuve (12) censure (53) Centrafrique (4) Cesar (2) Chirac (2) chroniques (390) chômage (157) cinema (1) Closer (2) commerce (2) contrat de travail (62) Copé (39) CopéGate (6) cotisations (4) coupdegueule (11) Crédit Lyonnais (1) culture (37) Cécilia (77) Darcos (71) Dati (233) dette (3) Dieudonné (10) dimanche (4) Droite (579) ducon (403) Duflot (9) Défense (92) délinquance (3) députés socialistes (4) ecologistes (4) Education (166) EELV (6) Eglise (2) election legislative (1) election municipale (3) entreprises (5) Environnement (198) Eric Besson (83) Eric Doligé (1) Error (2) espionnage (1) Europe (255) Fabius (11) Facebook (1) fachosphère (7) famille (3) Filippetti (4) Fillon (479) Finances (367) fiscalité (347) Florange (1) FN (5) France (483) Françafrique (121) François Hollande (281) front national (36) front populaire (2) frontaliers (1) Fukushima (1) Games of Thrones (1) garde d enfants (2) Gattaz (3) Gauche (263) gauchosphère (9) Gayet (1) Google (1) gouvernement (1157) grunen (1) grève (1) Guaino (2) Guerre (6) Guéant (71) Hamon (2) heures supplémentaires (71) Hidalgo (2) Hollande (417) Hortefeux (237) humour (100) identité nationale (155) immigration (310) impot (1) impots (2) impôts (1) incompétence (96) industrie (3) indépendance (99) infowar (8) Insécurité (167) international (483) inégalités (296) ipsos (1) Iran (1) Islam (2) Israel (1) IVG (1) juan (1) Juan Politic (386) Julie Gayet (6) Juppé (35) justic (1) justice (432) Kouchner (110) Lagarde (156) Le Foll (2) Le Pen (30) libre-échange (1) logement (3) Macron (1) Mamère (1) Mandela (2) manifestations (69) mariage gay (5) Marisol Touraine (6) Maroc (1) Marseille (1) Martinon (45) Maurice Lantourne (1) medecin (1) MEDEF (5) Melenchon (8) Merkel (1) Ministre (47) Montebourg (5) Morano (2) Morin (36) Moscovici (14) médias (429) Mélenchon (9) météo (1) nostalgie (1) Obama (3) ONU (1) OPA (1) Opinion (500) Pacte de responsabilité (3) Palestine (1) Parlement (103) Parti Socialiste (100) pauvreté (6) PCF (1) Pierre Estoup (1) plans (1) plein emploi (75) police (252) politique (1043) politique budgetaire (20) polémique (230) polémiques (57) Poutine (3) pouvoir d'achat (69) povcon (50) prison (26) prole (1) promess (1) promesses (1667) prostitution (1) Précarité (52) Président (519) Pécresse (47) qatar (1) racisme (1) Rajoy (1) reacosphère (3) religion (31) repentance (20) retraite (165) Rom (5) Royal (1) Russie (1) réac (2) récidive (40) réforme (5) régions (1) Santé (122) Sapin (11) sarkofrance (2379) Sarkozy (3688) securite sociale (5) service minimum (51) smic (1) solidarité (1) sondage (92) Standard and Poor's (1) Suisse (1) Surveillance (20) Syrie (5) Ségolène Royal (5) sénateur (2) Taubira (14) territoriale (1) theorie du genre (1) Thorez (1) tireur fou (2) Touraine (1) Transatlantic Trade and Investment Partnership (3) travail (4) TVA (1) UMP (699) vacarme (67) Vallaud-Belkacem (21) Valls (135) Valérie Trierweiler (4) vincent peillon (6) violence (118) voeux (1) Vrauche (1) wauquiez (6) Woerth (158) Xavier Bertrand (77) écologie (2) économie (184) élections (383) élections européennes (4) éthique (964)