Blog politique depuis 2007.

9 mai 2012

Sarkozy a failli réussir sa sortie.

Il avait raté son quinquennat, mais il ne voulait pas rater sa sortie. Son discours d'adieu, dimanche 6 mai 2012, vers 20h20, était aussi digne qu'inespéré. Pas complètement digne, pas complètement espéré.

Deux jours après, l'hommage du 8 mai, avec le président élu François Hollande fut également digne. Nécessairement digne.

Certains commentateurs en furent surpris.

Un signe qui ne trompe pas.

Quel discours ?
Il s'était pris un gros coup sur la tête. Son discours d'adieu ne ressembla pas à son quinquennat. Nicolas Sarkozy était donc encore capable de changer. Sa sincérité est toujours réelle, mais dans l'instant, immédiate, évolutive. Sa temporalité n'est pas la même que la nôtre.

Il ne voulait pas raté sa sortie si sa sortie était sincère. Il avait promis d'arrêter. Mais nous le retrouverons. Pour l'instant, reconnaissons que son quinquennat ne fut pas à la hauteur de son discours d'adieu, par ailleurs évidemment trop narcissique. Ce soir-là, Nicolas Sarkozy avait calmé une salle remplie de Sarko-fans en rage et en colère. Nous nous disions, de l'autre côté, qu'il avait eu le cran de calmer ses fans.

«Mes chers amis, mes chers compatriotes, le peuple français a fait son choix » ... Hurlements, sifflements... « si vous me faites confiance... » Il leva la main, pour calmer l'assistance... « je vous le demande, je vous demande d'écouter ce que j'ai à vous dire...j'ai beaucoup réfléchi, et nous parlons ... de la France. La France a un nouveau président de la République, c'est un choix démocratique, républicain, François Hollande est le président de la France et il doit être respecté. J'ai beaucoup souffert que l'institution que je représente n'ait pas été respectée, ne donnons pas le mauvais exemple. » La salle était presque calme. Mais Nicolas Sarkozy ne voulait pas tout concéder. Il voulait affirmer qu'il restait meilleur que les autres, meilleurs que les autres.

Il lâcha cette phrase improbable, un soir de réconciliation démocratique:

« Je ne serai jamais comme ceux qui nous ont combattu. Nous aimons notre pays. » Que voulait-il dire ?
« Je veux... Je viens de l'avoir au téléphone et je veux lui souhaiter bonne chance au milieu des épreuves. Je souhaite de tout coeur que la France qui est notre pays, qui nous rassemble, réussisse à traverser les épreuves car il y a quelque chose de beaucoup plus grand que nous, c'est notre pays, c'est notre patrie, c'est la France. Nous devons ce soir uniquement penser à la grandeur de la France, et au bonheur des Français. C'est notre rôle, c'est notre devoir. Je veux remercier tous les Français pour l'honneur qu'ils m'ont fait de m'avoir choisi pour présider notre pays pendant cinq ans. Jamais je n'oublierai cet honneur et dans la vie d'un homme. C'est à moi de dire merci, c'est à moi de dire merci, car dans la vie d'un homme, présider la France c'est quelque chose que je ne pourrai jamais oublier, c'est un honneur immense ». 
 Il manqua un sanglot. On sentait l'émotion. C'était émouvant. Reconnaissons-le,
«J'ai consacré toute mon énergie, de la première à la dernière seconde. J'ai essayé de faire de mon mieux pour protéger les Français des crises sans précédent qui pendant ces 5 années ont ébranlé le monde pour que la France en sorte plus forte. J'en ressors, mes chers compatriotes, avec un amour de la France plus grand encore, avec un attachement pour le peuple français plus fort encore, et j'en ressors avec plus d'admiration encore pour ce que les Français sont capables d'accomplir dans les situations les plus difficiles. Je veux remercier les millions de Français qui ont voté pour moi.»
La séquence était presque factice. Nicolas Sarkozy se découvrait rassembleur, pour son dernier meeting, son dernier discours de président. 
« J'ai tout fait pour faire gagner les idées qui nous rassemblent, je n'ai pas ménagé ma peine, je me suis engagé totalement. Mais je n'ai pas réussi .... Je n'ai pas réussi à convaincre une majorité de Français. Vous m'avez aidé d'une manière extraordinaire, vous m'avez soutenu. Ensemble, nous avons fait une campagne inoubliable contre toutes les forces, et Dieu sait qu'elles étaient nombreuses coalisées contre nous. Mais je n'ai pas réussi à faire gagner les valeurs que j'ai défendues avec vous et auxquelles je suis profondément attaché. Je porte toute la responsabilité de cette défaite. » 
Hurlements: « non! nooooooon! non! nooooooon!  » Une partie de la salle était en pleurs.
« Je vais vous dire pourquoi. Je me suis battu sur la valeur de la responsabilité et je ne suis pas un homme qui n'assume pas ses responsabilités... Jamais... Je suis le président... j'étais le chef... Et quand il y a une défaite, c'est le numéro un qui en porte la première responsabilité. Il me faut en tirer toutes les conséquences. Je vous demande de m'écouter parce que rien de ce que j'ai dit dans cette campagne n'était factice. » 

Il enchaîna sur un moment narcissique, son nombril, ses états d'âme. Lui et la France. Il ne voulait pas qu'on l'oublie. Qu'il se rassure.
«  Quand j'ai parlé de vous... Je parlais de la France. Et quand, à de très brèves occasions, j'ai parlé de moi, pour vous dire les choses du fond de mon coeur... Je veux que vous puissiez y réfléchir... et comprendre que quand on défend des valeurs, la seule façon d'être crédible, c'est de les vivre. Et je le dis notamment aux plus jeunes... Il y a trop de discours avec des mots qui sont prononcés qui ne veulent rien dire... parce que ceux qui les prononcent vivent le contraire de ce qu'ils disent. ... Laissez moi cette liberté très grande de vivre en accord avec ce que je pense.»
Il était ému. C'était compréhensible.Il voulait se retirer. Pouvait-on le croire ? Nicolas Sarkozy faisait campagne pour sa réélection depuis plus de 2 ans, mais ne l'avait avoué que mi-février. Que penser de ses promesses d'avenir ?

« Et laissez moi cette preuve d'amour pour la France... (Il leva les yeux au ciel), et lui dire jusqu'au bout ma part de vérité. Une autre époque s'ouvre...  Dans cette nouvelle époque, je resterai l'un des vôtres... Je partage vos idées, je partage vos convictions... Votre idéal, c'est l'idéal de toute ma vie... et vous pourrez continuer sur moi pour les défendre ces idées et ces convictions, mais ma place ne pourra plus être la même. Après 35 ans de mandat politique... Après 10 ans, ... cela fait 10 ans que chaque seconde, je vis aux plus hautes responsabilités au niveau gouvernemental... ça fait 10 ans! Après 5 ans à la tête de l'Etat... mon engagement dans la vie de mon pays sera désormais différent... Mais les épreuves, les joies, les peines ont tissé entre nous des liens que le temps ne distendra jamais. Et au moment où je m'apprête à redevenir un Français parmi les Français... Plus que jamais, j'ai l'amour de notre pays... et je vais vous dire une chose... que je vous demande de retenir et de bien comprendre, jamais, mes chers compatriotes, je ne pourrai vous rendre tout ce que vous m'avez donné. Vous m'avez tellement donné.»
 
Images de militants, très jeunes ou très vieux, en pleurs. « Nicolas ! Nicolas ! Nicolaaaaaas ! »
« Pensez à la France, pensez aux Français, pensez à son unité... et j'vais vous dire une chose du fond de mon coeur... J'ai été bouleversé par ces foules, par ces réunions, par tous ces Français qui étaient à mes côtés... Je veux vraiment vous dire que vous ne pouviez pas me faire un plus beau cadeau, que vous ne pouviez pas donner une plus belle image de la France. »
De quoi parlait-il ? Des crachats sur des journalistes dans l'un de ses derniers meetings ? Des accusations de lâcheté, couardises et anti-France contre son contradicteur ?
« Alors, ce soir, donnons la meilleure image de la France, d'une France rayonnante, d'une France qui n'a pas de haine au coeur, d'une France démocratique, d'une France joyeuse, d'une France qui ne baisse pas la tête,  d'une France ouverte, d'une France qui ne regarde pas l'autre comme un adversaire, comme un ennemi, une France qui a su gagner avec moi en 2007 et qui sera en 2012 reconnaître la défaite, une France qui sait que la vie est faite de succès et d'échec, et qui sait qu'on est grand et qui sait qu'on est grand dans l'échec... Soyons digne, soyons patriote... soyons Français... »
Il était digne, patriote et évidemment Français en disant cela. Mais il dérapa immédiatement dès la phrase suivante:
« Soyons exactement le contraire... le contraire de l'image que certains auraient voulu donné dans un cas inverse. Vous êtes la France éternelle. Je vous aime... merci. Merci à tous... »
Le discours avait duré 10 minutes et quelques secondes. Il fut digne par moment, glaçant par d'autre. Comme si Nicolas Sarkozy atterrissait enfin en République française avec 5 années de retard. La France éternelle ? Quelle formule ! Elle était empruntée à de Gaulle, prononcée au lendemain de la Libération. Sarkozy venait de perdre. Prenait-il sa défaite pour une libération ?

Sur le moment, nous avons eu peur. Pourquoi Nicolas Sarkozy avait-il besoin de demander à ses partisans les plus chauds, réunis à la Mutualité un soir de défaite annoncée, qu'il fallait respecter le vote des Français ?




Discours de Nicolas Sarkozy à La Mutualité par NicolasSarkozy

Devant la flamme
Mardi, nous étions le 8 mai. Il fallait se montrer, encore une fois. Une cérémonie officielle, devant l'Arc de Triomphe, pour raviver la flamme du soldat inconnu. L'image d'un président sortant guidant simplement le président élu était évidemment belle. L'image était évidente. Il était inutile de louer l'attitude républicaine de Nicolas Sarkozy, personne n'aurait compris tout autre comportement. Au sommet de la maladie, François Mitterrand avec Jacques Chirac avait procédé de même en 1995.

La surprise était ailleurs. Elle était dans l'image d'une France réconciliée pour quelques instants, en l'honneur des soldats morts pour la patrie. Elle était souhaitable, mais la violence des attaques ad nominem contre François Hollande dans les dernières semaines de campagne ne laissaient pas nécessairement prévoir une attitude si conciliante de Nicolas Sarkozy 48 heures après la défaite. Fallait-il qu'il croit que le combat passé méritait tous les excès ?

L'image d'une France réconciliée était bienvenue. Nicolas Sarkozy ne veut pas rater sa sortie.

Il reste les élections législatives de juin.


55 commentaires:

  1. Cet homme a diviser la France; j'espère sincèrement que la justice passe dans sa vie, mais il ne vous remettra jamais tout ce qu'il vous voler. Solange

    RépondreSupprimer
  2. Il ne faut être dupe, la bataille va refaire rage pour le "troisième tour" comme ils disent. Ce 8 mai n'aura été qu'un court armistice.

    RépondreSupprimer
  3. Ce que Nicolas Sarkozy a enduré d'injures (bizarrement autorisées partout) a un prix. Maître Hollande doit savoir que le retour de bâton sera à la hauteur du comportement indigne de la gauche pendant toutes ces années. Avec une nuance de taille : aucune faute ne lui sera pardonnée mais la droite, naturellement démocrate, ne le vilipendera pas gratuitement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'êtes pas sérieux!!!!!! La nuance de taille c'est que François Hollande ne rend pas les injures prononcées contre lui pas votre président BATTU et ses sbires. Moi, je n'ai pas oublié leurs insultes.

      Supprimer
    2. Ca, c'est de l'humour ou je ne m'y connais pas ! Il faut peut-être te rafraîchir la mémoire, l'ami : du "cass'toi pauv'con !" aux injures contre François Hollande, qualifié de "couard" en passant par les injures raciales contre les roms, les étrangers, les chômeurs .... Tu devrais méditer la citation, qui dit que "qui sème le vent, récolte la tempête". L'attitude de nombreux Français face à ton héros tient au mépris et au cynisme qu'il affiche la plupart du temps. Et ce ne sont pas ses discours nombrilistes et délirants, comme son chant du cygne à la Mutualité, qui vont changer quoi que ce soit. Un dernier mot ! Tes amis ne vont pas vilipender François Hollande GRATUITEMENT. On en est sûrs, car chez eux, tout se paye en espèces sonnantes et trébuchantes !

      Supprimer
    3. Pas besoin de Sarko pour insulter Hollande. Les caciques du PS s'en sont chargés avant lui. Entre le "Hollande Président ? non mais on rêve, c'est une fraise des bois" de Fabius, le "mou qui n'a jamais rien fait" d'Aubry, le "dites-moi ce qu'il a fait en 30 ans! rien!" de Ségolène Royal, ils lui ont déjà taillé un short sur mesure. Sans compter le navigateur d'élite du front de gauche, qui serait bien content maintenant d'embarquer dans le pédalo avec le capitaine. C'est la gauche ordinaire : rien de constructif n'en sort. ça ne vit pas dans le monde réel, ça vit juste d'être anti-quelque chose ou anti-quelqu'un. Comme une sorte de déformation professionnelle à force de rester trop longtemps dans l'opposition, et qui serait devenue une raison de vivre. Ce qu'on peut appeler des clochards des media : juste bon à fouiller les poubelles et gueuler que çà pue. Allez suicidez-vous, vous ne servez à rien pour la France. ça nous économisera des coûts sociaux et des retraites. Ou alors si vous en faites un métier de fouiller les poubelles, soyez oecuméniques : fouillez les poubelles de tout le monde. Y'a du taf autant à gauche qu'à droite.

      Supprimer
  4. Mr SARKOZY a été le meilleur Président (" COURAGEUX et TENACE " face à la dictature de la rue) que la France ait connu en 30 ans..Il a mis en place 931 réformes au cours de ces 5 dernières années.. 931 réformes " JAMAIS " votées par les socialistes et la Gauche et dont la plupart de ses détracteurs n'ont pas la moindre notion.
    -Dans le domaine de la Sécurité par exemple :?-hausse de 20% du budget Justice
    - création de 1300 postes?-peines plancher pour les récidives?
    -rétentions de sureté,traitements préventifs?
    -recouvrement des avoirs des gangs condamnés à la prison?
    -réduction des homicides (-17%),de la mortalité routière,de la délinquance de proximité?création de nouvelles prisons (9400 places ....) etc..
    Parmi les autres réformes -innombrables....?
    -Mise en place du service minimum pendant les grèves?
    -sauvetage des banques évitant la faillite et la ruine des petits épargnants.Les aides ont été intégralement remboursées (avec intérêts)?
    -maintien de l'ISF qui n'existe pratiquement plus chez aucun de nos voisins..!?
    -Diminution des Droits de succession pour les + modestes : O droit pour les successions < 160.000EUR/enfant
    -alors que Mitterrand les avait maintenus au delà de 50.000EUR par enfant). Augmentation pour les successions >900.000EUR.?
    -Contrôle systématique des dépenses de la Présidence par la Cour des Comptes (ce qui n'avait jamais existé auparavant?
    -Autonomie des Universités recommandée depuis...1968 par la Gauche ( et Mr Mendès-France entre autres .?
    -Police et Gendarmerie sous une même Autorité?
    -création du Service civique volontaire (15.000 jeunes en 2011)?
    -augmentation de 30% des bourses d'étudiants. Relance importante de l'Apprentissage?
    -construction de 600.000 logements sociaux (le double de la période 97/01)?
    -création du RSA..... Etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. You had me at "dictature de la rue".

      Supprimer
    2. encore vous?
      ben, franchement, Juan, il faut faire quelque chose...

      Supprimer
    3. Ce florilège est désopilant. Une délaration d'amour insensée bien trop longue et erronée pour qu'on n'y réponde point par point. Juste quelques exemples : pas de droits de succession jusqu'à 160000 euros par enfant pour "les + modestes". Vous avez dit "modestes" ? Et le contrôle des dépenses de la présidence par la Cour des comptes ! Monsieur est trop bon, d'autant que cela ne sert à rien, puisque la présidence fait ce qu'elle veut, qu'elle a augmenté de manière exponentielle ses dépenses tout en faisant une grande partie sur les budgets des ministères. Vous l'ignoreriez peut-être ? Sauvetage des banques, très bien le sauvetage des banques ! Parlons des presque 500000 chômeurs en plus (chiffres de la présidence), de l'augmentation du nombre des pauvres, de l'accroissement des taxes sur les ménages, des cadeaux fiscaux aux privilégiés (bouclier fiscal, réduction de l'ISF) et aux multinationales (amendement Copé). N'en jetez plus ! Je pourrais lister toutes les mesures inutiles et les déclarations sans suite. Un peu de lucidité et d'esprit critique vous feraient le plus grand bien. A moins que vous ne rêviez de vivre en Corée du nord.

      Supprimer
    4. On sent poindre l'émotion d'un petit coeur, qui souffre et qui veut bien faire pour son grand homme. Ceci dit, ça ressemble à un éloge funèbre de première classe. Je te suggère d'envoyer le texte à un marbrier et de faire réaliser des faire-part par un imprimeur. Je ne suis pas sûr que ça amusera les enfants et que ça fera rêver les jeunes filles, mais les nostalgiques comme toi, pourront verser une larme.

      Supprimer
  5. il pourrait rappeler ses trolls à la niche, non ?

    RépondreSupprimer
  6. Sarkozy augmente son salaire de 170%.
    Tout le monde crie au scandale.
    Hollande décide de le baisser de 30%, tous le monde applaudit :-))
    Voilà une autre bêtise, si Hollande était si juste que cela il aurait du revenir au salaire AVANT Sarkozy !!

    Décidément les Français DE GAUCHE se font manipuler comme des marionnettes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Baisser de 30% un salaire auparavant augmenté de 172% représente déjà une somme conséquente..

      Sarko avait fait passer son salaire de 7 084€ à ...21 176€!!

      Hollande devrait faire passer le sien de 21 176€ à...14 824€!!

      Pour info , durant son quinquennat, marqué par "une crise économique d'une violence inouïe", le patrimoine personnel de Sarko a augmenté de ...30%!!

      Décidément les français de droite se sont faits manipuler comme des marionnettes!!!

      Supprimer
    2. Voilà quelqu'un qui a le sens des priorités et des enjeux ! Je m'étonne qu'il ne nous parle pas du voyage de François Hollande en avion de Brive à Paris ! A peine arrivé, déjà les premiers scandales ! Et dire qu'il y en a qui parlent pour son prédécesseur du Président des riches !

      Supprimer
    3. De 7084 € à 21176 € : chez moi ça fait une augmentation de 199 %
      ou un triplement de son salaire .
      Je ne sais pas d'où vient ce 172 % (veuillez me l'expliquer,s'il vous plaît !

      Supprimer
  7. Hum... a-t-on jamais vu autant de visiteurs bleu pommier ici ? Quel message veulent-ils donc faire passer ?

    Quel ménage il va falloir faire dans ces "réformes" qui allaient presque toutes dans un sens négatif ! Y compris celles qui pouvaient paraître parties d'un bon sentiment, mais dont le contenu allait à l'encontre des désirs de ceux qui avaient pu les demander. Ce qui est grave, c'est que les bleu-pommier s'en vantent !

    RépondreSupprimer
  8. Aucune décence, aucun respect: Copé avait envoyé des directives pour faire siffler Delanoë et Hollande.
    Mais ils n'ont toujours pas compris que cela les desservait...vraiment dommage pour eux.
    A critiquer un homme qui n'a encore rien fait ( ni Fouquets, ni Yacht et croisière) mais qui travaille à composer son gouvernement et reste très proche de ces concitoyens, ils n'ont pas compris que c'était une très grossière erreur mais tant mieux pour nous.
    Sinon, moi je l'ai trouvé très bien en Sméagol (voir mon article sur lui
    http://spartakiste.blogspot.fr/2012/05/la-metamorphose-de-sarkozy-billet.html).
    débarrassé du pouvoir, pour le moment, avec lui, on ne sait jamais...

    On verra dans quelques temps, si les trolls UMPistes auront à coeur de défendre leur idole autant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi eu le haro de Pécresse parlant des Législatives. A un moment où l'on rend hommage à ceux qui se sont battus (et trop souvent morts) pour la France, et par richocet, ceux qui en ont été victimes, c'est cent fois plus indécent que les sifflets des sarkoleaders sur Delanoë, surtout en justifiant une cohabitation au nom de l'union nationale, en reprenant l'image des présidents sortant et élu. Alors que cela n'a rien à voir. Et bien sur, cela n'était ni le moment, ni le lieu pour le faire. Mais bon, Pécresse est à l'image de ce qu'a été ces 5 ans. Le contraire aurait été étonnant de sa part. Mais alors que Sarko a été plus modéré, se contenant juste de saluer ses sympathisants après la cérémonie, elle aurait du faire preuve de plus de décence...

      Supprimer
    2. Les perroquets retourneront sur leur arbre jusqu'à la prochaine embellie en attendant qu'on les siffle. Ils sont bien dressés et mettent du coeur à l'ouvrage. C'en en est presque émouvant.

      Supprimer
  9. La droite n'a jamais supporté que la gauche soit au pouvoir. Giscard disait durant son septennat que si la droite ne faisait pas des conneries elle serait au pouvoir pour trente ans. Baroin a parlé pour les législatives de 1997 de prise de pouvoir par effraction. Quel déni total de démocratie. La droite pense que le pouvoir lui appartient.
    Depuis 1958 la droite a occupé la présidence de la république durant 40 des 54 ans ! Et ils osent encore mettre tous les maux sur le dos des socialistes !
    Cette mauvaise foi crasse et cet incapacité à assumer la moindre responsabilité dans l'état actuel de la France, Nicolas Sarkozy l'a manifesté durant toute sa campagne et cela explique certainement en partie sa défaite.

    RépondreSupprimer
  10. Aller vous faire voir avec votre sois disante France réconcilié

    La guerre !!!

    On a subi 5 ans d'antisarkozysme, une campagne antidémocratique faite de mensonge et de propagande médiatique pour faire élire un nain incompétent.

    Et la il faudrait une France réconcilié.

    que dalle.

    La haine oui

    Vive Nicolas Sarkozy ! Vive la France !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah... j'adore ce troll.
      Je suis sur que si on le pousse un peu il va se faire Hara-Kiri avec une fourchette.

      Si on pouvait exporter la connerie, rien qu'avec l'UMP on comblerait la dette.

      Supprimer
    2. D'habitude, on défend les faibles et là, non, tu prends la défense du plus fort, du pouvoir, qui a fait tout ce qu'il a voulu pendant cinq ans. Quand on te lit, on est au bord des larmes. Je te reconnais, c'est toi le demi-frère de Robin des bois, celui qui défend les riches contre les pauvres. J'ai tout juste ?

      Supprimer
    3. Nous n'avons pas subi 5 ans d'anti-sarkozysme mais 5 ans de sarkozysme ...nuance!
      Quant aux mensonges de la campagne votre caliméro n'a pas été en reste me semble t-il!
      Question: si c'était un président hors paire comment se fait -il qu'il n'ai pas été réelu à une large majorité?

      Supprimer
  11. Mercredi 9 mai 2012 :

    EXCLUSIF. Karachi : le document qui embarrasse le camp Balladur.

    Les juges ont retrouvé un bordereau, preuve du retrait en liquide de 10 millions de francs le 7 avril 1995. Une pièce confortant l’existence de rétrocommissions.

    Le 7 avril 1995, un prête-nom de l’intermédiaire en vente d’armes Ziad Takieddine, a retiré 10 millions de francs en liquide dans une banque suisse. Une somme qui correspond au montant déposé sur le compte de campagne de Balladur le 26 avril 1995. 34 réactionsRéagir C’est une pièce capitale. Depuis deux ans, le volet financier de l’affaire Karachi n’a qu’un but : rechercher l’origine douteuse d’un versement de 10 millions de francs (1,5 million d'euros) sur le compte de campagne du candidat Balladur, le 26 avril 1995. Selon la thèse suivie par les juges, cet argent proviendrait du détournement de commissions — les rétrocommissions — issues de contrats d’armement signés sous le gouvernement Balladur.

    Une piste plus que jamais crédible depuis la découverte, le mois dernier, d’un bordereau de retrait en liquide effectué en Suisse par un prête-nom de l’intermédiaire Ziad Takieddine. Sa date : 7 avril 1995. Son montant : 10 millions de francs. Bref, tout colle.

    Les juges Van Ruymbeke et Le Loire étaient sur les traces de ce document depuis le mois de mars. A cette époque, un banquier de Genève fait une révélation : un cheikh saoudien a mis à la disposition d’un prête-nom de Takieddine une somme de 10 millions de francs « courant avril 1995 » sur un compte de transit. Les magistrats ignorent alors si cet argent a bien été retiré et, surtout, à quelle date précise. « Sans le bordereau, il était impossible de savoir si le retrait avait été effectué, si oui comment, et s’il était antérieur au dépôt effectué le 26 avril sur le compte de Balladur », souligne une source proche de l’affaire. Ce bordereau mettra plusieurs semaines à être déterré par les enquêteurs suisses, son contenu confirmant finalement les soupçons des juges. Plus troublant encore, la somme a été mise à disposition pour une période allant « du 7 au 25 avril », soit la veille du dépôt suspect à Paris, selon un fax adressé le 5 avril par le cheikh saoudien à son banquier, que nous avons pu consulter.

    L’homme venu chercher l’argent n’est pas un inconnu. Durant l’enquête, Mustafa al-Jundi est apparu en tant que détenteur d’actions d’une société luxembourgeoise de Ziad Takieddine. « Un prête-nom », selon les propos du juge Van Ruymbeke lors de l’audition de l’intermédiaire franco-libanais le 11 avril dernier. Ce dernier a reconnu connaître Al-Jundi, mais a nié toute relation d’affaires ou amicale. Il sera entendu par le juge ce matin.

    Deux questions restent en suspens. D’abord, d’où vient l’argent? Un premier indice apporte une réponse : les enquêteurs ont découvert un virement de 5 millions de francs effectué par Abdul Rahman al-Assir le 5 avril sur le compte du cheikh. Cet homme d’affaires libanais fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par l’Espagne. Impliqué dans différents contrats d’armement entre la France et le Moyen-Orient, il était un proche de Takieddine. Ce virement confirme qu’il pourrait être le véritable commanditaire du retrait, comme l’a suggéré Takieddine aux juges à plusieurs reprises.

    Enfin, la destination finale de la somme reste incertaine. Deux témoins du dossier ont décrit de nombreux allers-retours de Takieddine et Thierry Gaubert, alors chef adjoint du cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy, entre la France et la Suisse en 1994 et 1995. Ces voyages auraient eu pour but de récupérer de fortes sommes d’argent en liquide remises ensuite à Nicolas Bazire, alors directeur de campagne de Balladur. Un scénario dont les juges n’ont toujours pas la preuve irréfutable, mais qui apparaît aujourd’hui plus crédible que jamais.

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-document-qui-embarrasse-le-camp-balladur-09-05-2012-1991757.php

    RépondreSupprimer
  12. "Recentrage" et "dignité" pour la sortie du Sorti? N'avons-nous pas eu droit au recurrent lamento narcissique le 6 mai pour dire le repect due à la règle républicaine? Que dire du 8 mai? Se glorifier d'avoir fait une invitation lancée auparavant par Mitterrand et Chirac et qu'il n'avait pas lui-mêmehonorée pour préférer en 2007 le yatch Bolloré et convoquer la claque UMP pour lancer quelque lazzis....
    Bon faisons mine de ne rien remarquer. De prochaines écheances électorales et judiciaires ne sont sans doute pas étrangères à ce soudain accès de "dignité", qui ressemble fort à un mime mal réussi, une opération de com qui au demeurant ne donne que plus de relief aux excès du mandat et de la campagne. Pas dupes. Et l'armistice n'est pas la paix. Bien que nous ayons besoin d'un rassemblemnt authentique face aux défis actuels, il nous faut le construire sur des bases plus solides

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. A mon avis, on entendra reparler de cette attitude digne de rassembleur pas plus tard qu'au moment des législatives. Avec lui, il n'y a pas de hasard. On a pu le vérifier pendant cinq ans.

      Supprimer
  13. La bonne nouvelle c'est qu'au Front National, ils aiguisent les lames, ils vont dépecer l'UMP, enfin ce qu'il en reste. Ca va être une boucherie.
    Prenez une chaise, tranquilou, ça va être du spectacle, du Gore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas tous, y en a qui ont déjà changé de camp ou qui y s'y trouvaient déjà. Pour les autres, gageons qu'ils seront pragmatiques malgré leurs convictions (rires). C'est l'autre mot pour dire "opportunistes".

      Supprimer
    2. La bonne nouvelle c'est qu'au PS au EELV et FDG , ils aiguisent les lames, ils vont se dépecer entre eux ces guignols , enfin ce qu'il en reste. Ca va être une boucherie.
      Prenez une chaise, tranquilou, ça va être du spectacle, du Gore.

      Supprimer
    3. Ouh là là ! C'est pas beau de copier sur son voisin ! Tu manques d'inspiration, comme ton président !

      Supprimer
    4. Non il n'a pas copié...il a fait un copier /coller!!!!
      Vu le niveau des commentaires des trolls de l'ump ,je doute fort qu'ils sachent écrire!!!
      On est obligés de lire certains commentaires à voix haute pour les comprendre ...ils sont remplis de fautes d'orthographe...et souvent proches de la phonétique!!

      Supprimer
  14. Pour lutter contre les mauvaises herbes, et sans utiliser de désherbants toxiques, le jardinier se doit de nettoyer chaque semaine son carré afin que la mauvaise graine ne repousse. Ne nous contentons nous point d'un seul 6 mai annonciateur du beau temps revenu. Tout reste à faire.

    RépondreSupprimer
  15. L' éducation nationale , nid a gauchos , garde - racailles djeuns deuxios chances , se frotte les mains depuis la victoire du Reblochon : ils vont pouvoir glander encore plus qu avant et plomber encore plus le budget de la nation , en plus de former des chômeurs , assistés faignants , sociologues marxistes , profs stalinos , raleurs professionnels , ils devraient aussi ouvrir des écoles de pîtres , qu'estce qu'ils nous amusent ces guignols !!!hihihihi!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, tu as pas dû y aller longtemps à l'école. Si je n'étais pas un minimum respectueux, je dirais que tu parles comme je pète. Du vent et ça sent pas très bon !

      Supprimer
  16. Bizarre on n entend plus les charognards de gauche


    Commémoration du 8 MAI 2012 sous l’Arc de Triomphe nous avons pu voir en direct Nicolas Sarkozy et François Hollande côte à côte …. Et en flagrant délit :

    Curieusement ils ont la même TAILLE !

    Alors que pendant CINQ ans la gôche s’est glosée de la petite taille de Nicolas Sarkozy nous découvrons stupéfaits qu’ils ont la MEME TAILLE ? mais à 1 cheveu près.

    Alors que, nous avons pu voir un Nicolas Sarkozy très concentré sur la cérémonie, couvre- chef impeccable, naturel, avec quelques fils d’argent dans les cheveux insensibles au vent, nous avons découvert un François Hollande très préoccupé par ses mèches rebelles et fraîchement noircies.

    Dans ses travaux de métamorphose corporelle, il a oublié son couvre-chef, soit il rase complètement ses cheveux ou il adopte une perruque. Il va falloir qu’il choisisse ….

    Le changement c’est MAINTENANT.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as oublié de mentionner les talonnettes de ton grand homme. Pour la poésie, t'es un chef :"quelques fils d'argent insensibles au vent". Encore quelques efforts et tu seras prêt pour le Goncourt du Balto (le bar à côté de chez toi) !
      Enfin, ton article était intéressant et bien documenté et tu retiens ce qui est important. Si jamais tu ne réussis pas dans la littérature, j'te prédis un avenir dans le journalisme. Au Figaro ou à Gala !

      Supprimer
    2. Réfléchis avant d'écrire n'importe quoi ! Devine ce qu'ils mangent les "charognards de gauche" ? Des "charognes" de droite, non ! Est-ce que c'est clair pour toi ou est-ce qu'il te faut un peu de lumière ?

      Supprimer
    3. Les militants de l'UMP sont-ils tous des abrutis...ou avons nous la malchance de ne lire sur ce blog que les abrutis de l'UMP ?

      Supprimer
  17. Il a vraiment une tronche de first de classe ce guigniol de flanby

    je le verrais bien tête de gondole chez CASTO avec un crayon sur l oreille et une blouse bleue

    quelle honte d avoir a supporter cette caricature , ce gnome , ce stroumph

    ils vont se gondoler de rire dans les chancelleries hahahahahaaa

    Sarko avait une autre allure , çà c est sur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien pour ça qu'il a été viré ! Son allure, elle est démodée, mon pote. Entre le sportif bedonnant en t-shirt NYPD et le séducteur de belles-mères avec ses Ray-Ban, il aurait dû naître cinquante ans plus tôt. Et encore, je te parle pas du contenu. Mais ça, ça t'intéresse peut-être pas !

      Supprimer
    2. Sûr qu'il avait une autre allure ...avec ses talonnettes et ses tics!!!!!!!!
      Et en dehors des discours qu'il avait appris par coeur quand il parlait sans ses petites fiches ...c'était une faute de français à chaque phrase...sans parler de ses grossièretés!!!!
      La presse étrangère s'est d'ailleurs bien "gondolée" de rire pendant 5 ans!!!

      Supprimer
    3. "C'est bien ce dont t'est-ce que je vous parlais" dit le président, qui semblait si petit, mais peut-être était-ce parce qu'il était loin de nous ? Je le voyais à peine. Alors, il reprit son discours sur l'immigration, les criminels, les assistés, la viande hallal, le permis de conduire ... On allait voir ce qu'on allait voir.
      Mais, il était déjà trop tard. Cinq ans, ça passe si vite ! Sans compter qu'avec tous ces malfaisants, qui ont rien fait que de lui nuire en l'injuriant, ça a pas été facile. Heureusement que nous, on est là. Et nous, avec lui, c'est à la vie, à la mort, comme on dit.

      Supprimer
  18. gauchos schyzos paranos antisarkos

    Ils ont toujours l' impression d' être suivis par Sarko.

    Sous leurs lits rampent des serpents et ils voient des rats partout .

    Quand ils respirent sans leur masque ils ont comme la sensation d' avaler des insectes carnivores .

    Le tétanos les regarde avec ses yeux rouillés .

    Quand ils lisent le journal les mots quittent la ligne et se mettent à danser des boléros endiablés , suggérant de lascives et délurées scènes d' amour sado-masochistes .

    Les socialos de grands malades à interner dans des chambres caoutchoutées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vilain troll, bas du front, tu devrais te faire psychanalyser avec tes histoires de sado-masochistes, tes serpents et tes chambres caoutchoutées. T'es pas franchement sain, un brin pervers, mon pauv' vieux.

      Supprimer
  19. C ' est marrant mais quand on met les responsables socialos dans leur cacas , ils disent que c'est la droite qui a déféqué!


    Désolé mais les élus de gauche qui ont la responsabilité de presque toutes les régions de France les ont endettées jusqu'au cou ,

    Elles sont surendettées par leur démagogie ,

    Leurs dépenses pharaonïques et ils voudraient faire la même chose avec la France !

    Heureusement que 48 % de français intelligents de droite voient plus clairs que les 52 % de crétins de gauche dans leur manège!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème avec les trolls de droite, c'est qu'ils en ont encore au stade anal? Achète-toi un dictionnaire, ami troll et apprends à lire.
      Tes histoires de pipi, caca, c'est comme celles de ton copain (si ce n'est toi) avec ses sado-maso, ses serpents ... Pour ce qui concerne ta vue, je te conseille de prendre rendez-vous avec un ophtalmologiste, si tu sais ce que c'est. T'en profiteras pour faire un mesurer ton quotient intellectuel, si t'as pas peur d'être déçu. Courage !

      Supprimer
  20. La gauche : une tare sociétale

    La gauche, c'est la paresse, l'assistanat, l'immigrationnisme, la bien pensance des artistes, pseudo intellectuels et donneurs de leçon arrogants qui se planquent dans leurs immeubles des quartiers bobos parisiens.

    La gauche, c'est le fait de traiter de réac ou de facho tous ceux qui osent penser différemment ; en fait ce sont eux les réacs les fachos ;

    ils se detestent à un point quils rejettent sur les autres l' image ignoble d e leur propre miroir ;

    la gauche c' est la censure ,le fichage , la stigmatisation la mise à l' index de tous ceux qui ne sont pas de leur avis et qui dérangent .

    La gauche, c'est le collectivisme, la privation de liberté d'entreprendre, la démagogie pour faire croire qu'il suffit de prendre aux riches pour entretenir une vie de nabab. C'est le relativisme culturel, l'abandon des valeurs morales au consumérisme le plus brutal, le pédagogisme à la con des pédants post 68 tards, la destruction de l'éducation en France, le laxisme face à la délinquance.

    La gauche c'est aussi un anti-cléricalisme acharné couplé à une promotion de l'islamisme, le communautarisme et le corporatisme.

    La gauche, c'est aussi faire table rase du passé en insultant 1500 ans d'histoire de France. La gauche, c'est aussi Chavez, Castro, Morales, Staline, Lénine, Mao, Deng Xiaoping, Pol Pot, Déat, Doriot, Laval, Honecker, Ceaucescu.

    La gauche c'est l'acharnement fiscal sur les PME, les classes moyennes qui triment et qui ferment leur gueule.

    LE cancer social .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prends une tisane et va te coucher sale troll umpiste au lieu de débiter tes inepties...ou alors va les débiter ailleurs parce qu'ici tu ne convaincras personne avec de telles idioties!
      Ou alors t'aimes ça ,vomir ta haine et ta déception sur un blog de gauche...UMP :Union des Mauvais Perdants!!!!!!!!!!!

      Supprimer
    2. Tu vomis ou t'écris ? Tu n'as pas l'air en forme.
      Une suite de banalités, de lieux communs d'une bêtise dignes de l'almanach Vermot. Parle-nous de toi, de tes idées. Travail, famille, patrie, c'est du solide,du brutal. Y a qu'à bien se tenir. A propos, dans la liste de "gauchistes", y a des collabos pétainistes. Et ça, camarade, c'est pas la gauche. Révise tes leçons et arrête de délirer.

      Supprimer
    3. Eh dis donc tu nous as déjà servi mot pour mot la même diarrhée verbale le 7/05/2012 à 20h50( sans doute un copier /coller).
      Tu comptes nous raconter les mêmes inepties tous les soirs? Tu t'ennuies chez toi?

      Supprimer
  21. Loin de moi, l'idée de traiter un individu aussi bien élevé de facho ou de réac. Tes propos nuancés, tes mots choisis, ton respect de l'autre font du bien dans une société si rude. J'ai l'impression de lire un discours plein de sagesse du général Franco. J'attends avec impatience le prochain numéro où tu nous parleras de la droite, que près de 52% de Français n'ont pas choisie. Une erreur de jugement de ces assistés collectivistes anti-cléricaux ! Leur laisseras-tu une seconde chance ou doivent-ils se préparer un camp de rééducation, voire pire ?

    RépondreSupprimer
  22. Merci et bravo Monsieur Sarkozy.

    Bravo pour la performance, avoir creuser la dette en 5 ans autant que tous les gouvernements en 35 ans, fallait le faire, vous l'avez fait.
    Avec vous c'était pas une semaine sans une insulte, une stigmatisation, une faute de goût, une injustice, que du bonheur. Je ne suis pas triste parce que j'aurais l'occasion de vous revoir à vos différents procès pour association de malfaiteurs. je ne doute pas un instant que vous plaiderez non coupable vu votre cynisme et votre mauvaise foi. Adieu.

    RépondreSupprimer
  23. Bonjour,

    La posture d'humilité de Sarkozy n'est qu'un énième travestissement de l'homme qui voulait s'approprier Guy Moquet.Les Républicains ferait moeux de surveiller leurs poches parce que les voleurs de l'ancien UMP sont toujours à l'oeuvre. Ne viennent-ils pas d'imaginer un slogan " Ensemble choisissons la France", une manière de faire du FN sans trop le dire ? Vous connaissez la " France aux Français !" ? Plus que jamais, il est temps d'envoyer, à l'occasion des législatives, les restes du sarkozysme dans les poubelles de l'histoire. Après, il faudra se consacrer à la reconciliation Nationale. Eh oui, 10 ans de sarkozysme ont détruit le socle dupacte républicain, ce qui explique que près de 18 millions d'électeurs ont voté Sarkozy au deuxième tour. Enorme et inquiétant !

    SD2012

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.