Quand Patrick Buisson biberonnait Laurent Wauquiez

Laurent Wauquiez s'est distingué, depuis le printemps 2010, par de violentes saillies contre « l'assistanat » qualifié de « cancer social », et le RSA. A l'époque, la démarche pouvait surprendre pour quelqu'un qui voulait incarner, au sein du camp sarkozyste, la « droite sociale ».

Nous avions consacré un billet au personnage, le 29 décembre dernier, son évolution, ses bourdes, ses ambitions: « 2011, c'est un peu son année. Laurent Wauquiez s'est imposé parmi les premiers de la classe sarkozyenne. C'est un jeune gars qui compte. Le jeune ministre, et ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy, a trouvé sa place sur la scène sarkofrançaise. » écrivions-nous.

Un court passage, pages 49 et 50 du récent ouvrage des journalistes Benjamin Sportouch et Jérôme Chapuis, « le naufragé », nous a éclairé. Les deux auteurs y évoquaient Patrick Buisson, « ce conseiller en transgression » de Nicolas Sarkozy, à qui certains imputent la défaite présidentielle, d'autres la sauvegarde du score final.
« En contrepoids du discours sécuritaire et anti-immigration porté par Claude Guéant, il cherche à développer une politique sociale de droite. Dès 2007, il prend sous son aile Laurent Wauquiez. Le ministre de l'Enseignement Supérieur a lui aussi des intérêts dans ce rapprochement rendu possible par son conseiller politique Nicolas Diat, ancien journaliste et proche de Patrick Buisson.
Du gagnant-gagnant, car le jeune ministre veut donner du contenu idéologique plus fort à son club, la Droite sociale, et en même temps se rapprocher de l'Elysée. La pâte du catholique conservateur apparaîtra nettement en mai 2011 quand Laurent Wauquiez alors ministre des Affaires européennes, s'attaque à l'assistanat, qu'il qualifia de 'cancer de la société'»

Et voilà ! Tout est dit. Laurent Wauquiez était « coaché » par Patrick Buisson. Dans le même ouvrage, on apprit que Valérie Pécresse fit plus tard en 2011 l'objet de quelques conseils de l'obscur Buisson.

Le conseiller politique de Nicolas Sarkozy biberonna Wauquiez un an durant, à coup de cancer social et autres procès « ès solidarité ».

Pendant la campagne présidentielle, Wauquiez compléta son argumentaire en suivant les consignes présidentielles de taper outrageusement sur le comportement de François Hollande, et de caricaturer ses propositions. On se rappelle de sa comparaison de Jean-Luc Mélenchon avec un virus, à la fin mars: « Pour les centristes, la réalité, c'est que voter Hollande c'est s'inoculer le virus Mélenchon. Autrement dit, vous pensez commander un rosé léger et on vous sert un gros rouge bouchonné ». Avec le recul, l'argument était insultant et faux.

Le jeune ministre fut à peine en retrait sur les dérapages identitaires et les diversions xénophobes du candidat sortant. En mai 2011, il avait déjà proposé cette idée de retarder le bénéfice des prestations sociales aux travailleurs étrangers cotisants. De la campagne ratée, il ne désavoua pas les saillies anti-migratoires de Sarkozy, bien au contraire. Son seul regret était que le sort des classes moyennes n'ait pas été suffisamment défendu par Nicolas Sarkozy pendant la campagne. « Le piège de l'analyse serait de se dire "nous avons eu des convictions trop fortes. Je ne crois pas à cela. Par contre, ce que je crois, c'est que nous n'aurions pas dû seulement parler sécurité et immigration, mais parler de tout le spectre.» Ou encore : « Mon sentiment, c'est que notre défaite n'est pas liée au fait d'avoir trop assumé nos convictions, mais de ne pas avoir suffisamment assumé tout le spectre de nos convictions. Je pense que l'on n'a pas suffisamment parlé des classes moyennes ».

L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy s'espère encore un destin présidentiel pour 2017.Pour marquer sa différence, et sans doute contrer l'offensive éthique et sobre de la nouvelle présidence Hollande, il s'est distingué jeudi en renonçant aux 14.000 euros mensuels d'indemnités pendant 6 mois auxquelles il avait droit pendant 6 mois.

11 commentaires:

  1. wauquiez ; il a pas auusi biberonné chez L'OREAL ? la dame aux enveloppes pour les candidats assistés, ce cancer de la politique

    RépondreSupprimer
  2. http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/05/20/sondage-melenchon-battrait-le-pen-a-henin-beaumont_1704293_823448.html


    waouhhh !!!

    RépondreSupprimer
  3. L'exemple type du parlementaire prometteur, paraissant modéré et social, qui s'égare dans le populisme le plus incompatible avec sa tendance idéologique de base en espérant que cela serve sa popularité: Wauquier ou le nouveau Faust? ceux qui ont vendu leur âme au FN....
    Bisous à tous

    RépondreSupprimer
  4. http://www.atlantico.fr/decryptage/gouvernement-ayrault-compose-enarques-fonctionnaires-dehors-realites-economiques-pascal-perri-364393.html

    Tout est dit.

    Hollande est le candidat des fonctionnaires.

    On verra qui va faire tourner le pays.

    RépondreSupprimer
  5. Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, François Hollande n'est pas candidat, mais il a été élu.
    Parle-nous plutôt de Laurent Wauquiez et des politicards ambitieux, comme lui, qui sont prêts à tout pour un plat de lentilles. Des politicards indignes, qui parlent de cancer de la société dans un mouvement de "droite sociale". Qu'est-ce que ça serait s'il faisait partie de la droite classique ? Il aura fallu ces injures et insultes envers les plus faibles pour que les naïfs comprennent que, derrière le monsieur bien mis, propre sur lui, se dissimule un réactionnaire indigne, sans foi, ni loi, prêt à brader ses idées contre un plat de lentilles. Ca me rappelle NKM ! Même discours, même style bobo, mêmes bassesses !

    RépondreSupprimer
  6. @ jpd83

    Méfions-nous des sondages. Rappelons-nous qu'ils donnaient Mélenchon à 15 %.

    RépondreSupprimer
  7. comment s'abonne aux commentaires dans cette nouvelle version du blog ?

    RépondreSupprimer
  8. Wauquiez est un requin comme les autres. En 2010 il est allé à la City pour collecter des fonds pour son micro parti quand dans le même temps Sarkozy déclarait qu'il fallait réguler la finance, ce qu'il n'a pas fait. Car comment réguler des gens à qui on demande du fric pour faire campagne?

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/01/28/conflits-d-interets-les-micro-partis-des-ministres-en-ligne-de-mire_1471630_823448.html

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. il y a un bouton pour s'abonner aux commentaires en page d'accueil, en haut à gauche.

    RépondreSupprimer
  11. @mistral

    "HOLLANDE est le candidat des fonctionnaires "

    Qu'entendez vous par fonctionnaires ? les agriculteurs avec leurs 19 milliards d'aides annuelles de Bruxelles ? les professions "libérales" de santé qui sont les véritables fonctionnaires de la Sécurité Sociale ? les patrons des entreprises de travaux publics qui ne survivraient pas sans les commandes des collectivités publiques ? les patrons du CAC40 qui profitent de rentes de situation à la tête d'entreprises qui étaient à l'origine des entreprises d'Etat (comme leurs homologues russes)? le patron de Dassault qui a fait sa fortune uniquement avec les commandes d'avions de combat de l'Etat français ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.