J-4: Sarkozy se requinque chez les Riches

Le 1er mai médiatique avait démarré avec la traditionnelle célébration de Jeanne d'Arc par le Front National. C'était triste. Il faisait beau. La Place de l'Opéra avait été péniblement remplie, ce qui était surprenant pour un parti que l'on disait si fort. Marine Le Pen disputait à Nicolas Sarkozy le leadership de la droite. Le Monarque avait si bien légitimé la plupart de ses thèses, il ne restait au rassemblement Bleu Marine qu'à dénoncer l'hypocrisie du clan Sarkozy. Soit Sarkozy assumait sa démarche jusqu'au bout, et donc appelait à voter FN en cas de duel FN/PS au second tour des législatives, soit il fallait l'achever.

Sans surprise, Marine Le Pen promit de voter blanc au second tour. Elle se refusa de donner une quelconque consigne: « Dimanche, je voterai Blanc! Et en juin, Bleu Marine »

Deux heures plus tard, c'était au tour de Nicolas Sarkozy de tenir sa « vraie fête du travail », à moins qu'il ne s'agissait de la « fête du Vrai Travail ». On ne savait plus.

Il était radieux, comme le temps. Rien à voir avec le meeting de la veille, en Avignon. Il semblait requinqué d'être en terre amie. La veille, il semblant chancelant voire grippé. A Paris, les militants et supporteurs avaient été conviés à 14h. Le meeting commença par une intervention de l'ancien centriste Jean-Christophe Lagarde, puis lui succéda Nadine Morano. Alain Juppé et François Fillon étaient là également. Jean-Louis Borloo, un temps promis sur l'estrade, avait fait faux bond. La campagne

Meeting surévalué
Nicolas Sarkozy avait beau jeu de se moquer des Bobos et de Saint-Germain. Venir fanfaronner contre la lutte des classes au coeur du quartier de la classe dominante avait quelque chose de cocasse. Les deux arrondissements parisiens du Trocadéro, les 8 et 16ème, lui avaient donné 58% et 65% des suffrages au premier tour du 22 avril dernier. Il allait chercher la France forte chez les siens.

Sur place, Nicolas Sarkozy crut voir 200 .000 personnes, deux fois plus qu'à la Concorde. la place était trois fois plus petite. Cela faisait un peu plus de 10 supporteurs par mètre carré. Il était stupide de faire une telle course au chiffre pour sortir des scores aussi facilement contredits par la réalité. La place était pleine, mais la place était petite. L'UMP avait débloqué les grands moyens. Comme pour le meeting de la Concorde, deux semaines avant. Ses fédérations avaient proposé des allers-retours en train à des tarifs défiant toute concurrence.

Ces Français qu'il n'aime pas
Vers 15h30, Nicolas Sarkozy arriva enfin. Il s'abrita d'abord derrière de Gaulle, et son discours de Bagatelle du 1er mai 1950: « La masse immense que voilà prouve aux insulteurs que rien n’est perdu pour la France. » Les insulteurs ? La référence était surprenante car en 1950, le général de Gaulle entamait une très longue traversée du désert. Sarkozy voulait-il envoyer quelque message subliminal ?

A quelques kilomètres de là, et avec quelques minutes d'avance, Marine Le Pen avait déjà fait huer les communistes. Sarkozy n'était pas en reste: « Je n’accepterai jamais de recevoir des leçons de morale de la part de ceux qui brandissent le drapeau qui a été l’étendard de tant de tyrannies et qui a enveloppé dans ses plis parmi les plus grands crimes de l’Histoire ». Dans l'assistance, on siffla, mais sans toutefois scander « Communistes Assassins ! » comme place de l'Opéra. Il avait besoin de fustiger le drapeau rouge. Mais qu'avait-il donc ? L'Union soviétique n'était plus depuis 21 ans déjà, mais Sarkozy cherchait encore à recréer la peur des chars russes sur les Champs Elysées si François Hollande était élu.

Au Trocadéro, dans l'un fiefs de la droite bourgeoise parisienne, Sarkozy venait donc agiter le drapeau rouge. « Le drapeau rouge, c’est le drapeau d’un parti ! Le drapeau tricolore, c’est le drapeau de la France ! ». Un peut plus tard dans son meeting, il voulut cliver encore un peu plus, le Président des Riches voulait crier sa propre révolte: «La France est un des pays les plus accueillants et les plus généreux du monde. Elle ne mérite pas qu’on la critique sans arrêt, elle ne mérite pas qu’on la stigmatise. »

Sarkozy ne fut pas avare en caricatures de la réalité qu'on avait l'habitude  d'entendre dans les discours ultra-libéraux ou frontistes: « Il n’est pas juste que les aides soient trop souvent réservées à ceux qui n’ont pas travaillé et que ceux qui ont travaillé soient moins aidés.» On se souvenait de Laurent Wauquiez, l'an dernier, ou de Marine Le Pen, plus récemment.

Récupérer le travail
Sur le front du travail, il avait déçu. Son quinquennat n'avait pas été celui du Travail. Pire, la défiscalisation des heures supplémentaires avait accéléré la dégradation de l'emploi dès le printemps 2008. Depuis, contrairement à ses promesses répétées quasiment chaque année, le chômage ne finissait pas d'augmenter.

Au Trocadéro, Sarkozy voulait récupérer le 1er mai, la fête du travail, et donc la valeur Travail qu'il avait tant négligé. C'était parfois très gros: « nous nous considérons comme les héritiers de ceux qui ont lutté pour le droit de grève, pour la liberté syndicale et pour les congés payés.» Il se voulait rassembler, héritier des plus grandes luttes sociales, mais sa formule était maladroite. Il était trop clivant, trop hargneux. Il se prétendait «  acteurs du progrès social » autant que la gauche, mais qu'avait-il fait depuis 2007 ? Il répéta des généralités. Dans son discours, Nicolas Sarkozy fut avare d'arguments de son bilan. Il évoqua la réforme des retraites, oubliant, comme toujours, de mentionner la pénibilité.

« On n'a pas le droit de culpabiliser la France du Travail ! » fut l'exemple même de la formule creuse et hors sol.

Caricaturer l'adversaire
Il ressassa ses attaques, vieilles de 10 ans déjà, contre les 35 heures, la retraite à 60 ans,
Il mentit en accusant la gauche, absente du pouvoir depuis une décennie, d'avoir « alourdi le coût du travail » (son envolée date de 2002). Il fit mine de retrouvrer même quelques grâces aux syndicats  («il n’y a pas de démocratie sans liberté syndicale. »).

Voulait-il nous faire oublier ses salves contre les corps intermédiaires, qui avaient marqué son entrée en campagne ? Non, bien sûr: « Dans la République, ce ne sont pas les syndicats qui gouvernent. C’est le gouvernement. Ce ne sont pas les syndicats qui font la loi. C’est le Parlement. Dans la République, c’est le peuple qui décide. Dans la République, quand il y a blocage, on donne la parole au peuple. C’est cela la République ! »

Il accusa Hollande, pèle mêle, de « revenir sur l’exonération des droits des petites et moyennes successions » (c'était faux), de «  remettre en cause le quotient familial » (c'était faux), de « matraquer fiscalement les classes moyennes » (c'était faux), ou de prôner le « retour de l’égalitarisme » .

Le nouveau gadget
« Je veux un nouveau modèle français» fut le maître mot du discours. Nicolas Sarkozy sortait cette cartouche un peu tard. On se souvient de sa pitoyable première tentative de grandir sa mandature, il y a deux ans, lorsqu'il nous promettait une nouvelle « politique de civilisation ».

Cette fois-ci, le gadget s'appelait « nouveau modèle français ». Sarkozy décrivit son ambition, un modèle qui « ne cherchera pas à diminuer le coût du travail en abaissant les salaires »; où « le travail sera reconnu comme valeur »; qui favorisa « le capitalisme des entrepreneurs »;  « où tout le monde aura conscience que c’est en faisant front ensemble que l’on pourra relever le défi de la mondialisation».

Dans son idée, ce « nouveau modèle français » serait celui « où plus aucun enfant n’entrera au collège sans savoir lire, écrire et compter ». Avec 60.000 enseignants de moins ? Et des enseignants moins payés ? Dans son « nouveau modèle français », l'école apprendrait aux enfants « à tracer la frontière entre le bien et le mal, entre ce qui se fait et ce qui ne se fait pas, entre la vérité et le mensonge, entre le beau et le laid ». Entre le beau et le laid ?

Sarkozy était presque Houdini le Magicien, il avait la solution, évidente: « Il faut augmenter les salaires et il faut diminuer le coût du travail. Voilà le défi ! » Il justifia sa TVA sociale, la « TVA anti délocalisation, c’est une TVA pour freiner les délocalisations, pour protéger l’emploi français.» La hausse d'octobre prochain - 1,6 point - restait trop dure pour le plus grand nombre (après celle de 1,5 point pour la TVA réduite, les déremboursements médicaux, la hausse des taxes sur les mutuelles, etc), et trop faible pour changer quoique ce soit pour le coût du travail.

Ce nouveau modèle ressemblait à un extrait de son programme de 2007. Mais qu'avait-il fait depuis 5 ans ?

La Frontière ! La Frontière !
Nicolas Sarkozy devait évidemment faire l'éloge de la « Frontière », son nouveau dada. Il enfonçait des banalités creuses qui, s'il n'avait gouverner la France pendant 5 ans, aurait pu encore faire illusion: « Il faut des frontières à la France. Non pour s’enfermer, mais pour s’affirmer dans le monde. Pour clarifier les rapports avec les autres. La frontière, c’est le droit opposé à la force

Il invoqua beaucoup l'histoire. Après tous ces clins d'oeil de second tour vers Pétain, c'était cocasse ou ignoble. L'homme était trop intelligent pour savoir qu'il avait manié de sales références avec ses éloges du Vrai Travail et de l'Identité Chrétienne. La frontière, c'était aussi celle de l'héritage. Comme à chaque meeting, Nicolas Sarkozy répéta que « sa » France était celle d’une grande culture, d'une grande histoire; de Voltaire, de Chateaubriand, de Victor Hugo, de Maupassant; « de Jeanne d’Arc, de Bonaparte, du Général de Gaulle, des héritiers de la Renaissance, de la Résistance, des Trente Glorieuses ».


Il lui restait trois jours pour convaincre de son « nouveau modèle français », un modèle qu'il n'avait pu expliquer en 5 ans.
«Trois jours pour expliquer !
Trois jours pour convaincre !
Trois jours pour entraîner !  »
En attendant son « nouveau modèle français », une journaliste de Mediapart a été agressée lors de cette manifestation à cause du simple fait de porter un badget «Presse » mentionnant son journal

Il nous faut encore trois jours de mobilisation pour clore cette sinistre parenthèse.



10 commentaires:

  1. «Trois jours pour expliquer !
    Trois jours pour convaincre !
    Trois jours pour entraîner ! »

    encore 3 jours à le supporter
    3 jours avant de le virer

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Oui son obsession pour le drapeau rouge m'a interloquée aussi..
    Quand à une autre de son obsession, la Frontière: au nom de celle-ci on a tué tant de fois..
    Je suis foncièrement contre ce mot horrible la Frontière bâtit les murs qui nous enferment
    http://spartakiste.blogspot.fr/2012/05/la-frontiere.html
    Bisous à tous, Noum, Sacha, et merci:)

    RépondreSupprimer
  3. Jamais aucun président n'aura été aussi cynique, inculte et vulgaire. Mais dans ce registre il est très fort et je pense que la droite n'en a pas fini avec lui, qu'il pourrait se représenter en 2017...

    RépondreSupprimer
  4. Dans l'hypothèse de sa défaite: (il faut y croire)
    Les "Ténors" de la Droite vont tout faire pour le mettre dehors, et ça va être très très dur, je pense, mais la Chiraquie n'est pas morte, ni la droite républicaine. Les réglements de compte vont être durs!
    Mais par contre, il lui faudra sans doute compter avec la justice.
    Ce qui me fait drôle, c'est qu'il va intégrer le Conseil Constitutionnel et là...je m'interroge...

    RépondreSupprimer
  5. Trois jours. Comme dit bobcestmoi, c'est trois jours à supporter les mensonges de sarkozy qui s'accroche aux branches et aux racines en même temps, tant il est obsédé par le pouvoir et tant il craint la justice.
    Il compte sur le fait qu'il pourra dire n'importe quoi en trois jours et que, noyés sous un flot de paroles, certains n'auront pas le temps de trier et d'entendre les rectifications et les mises au point qui s'imposent, quand l'on a affaire à un tel menteur sans vergogne. Aux indécis je dis tout simplement: ne l'écoutez pas! Sa parole ne vaut rien face à son propre bilan. Ce qui compte, ce ne pas ce que l'on promet, mais ce que l'on fait. Retournez-vous cinq ans en arrière et regardez ce que sarkozy a fait. Hollande n'a pas été au pouvoir. Il ne peut que dire ce qu'il fera. A la différence de sarkozy, l'on peut croire que, bien que politicien, c'est un homme honnête. Il n'a pas, que je sache, de casseroles et ce malgré 10 ans de ministère de l'intérieur occupé par un homme de droite y compris sarkozy lui-même.
    Avez-vous vu comment l'on a réglé son compte à DSK, qui était considéré comme le grand danger à gauche? Ce régime ne s'arrêterait devant rien s'il y avait la moindre prise sur Hollande. Mais, pour l'instant rien! Donc, voter Hollande, c'est accorder le bénéfice du doute à un homme respectable. Voter sarkozy c'est voter pour quelqu'un dont l'on connaît l'action à la tête de l'état et dont les promesses ne sont que du vent, vu que c'est un menteur invétéré. Ne vous laissez pas avoir une deuxième fois. L'on ne peut, en trois jours de mensonges et de n'importe quoi, effacer une action politique de 30 ans dont 5 à la présidence de la République.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coquille: lire "Ce qui compte, ce n'est pas ce que l'on promet...."

      Supprimer
  6. Ou peut-être (trois jours + 1825)=1828 jours, allez savoir?

    RépondreSupprimer
  7. il ne sufit pa de cliquer sur j'aime les mots me manquent ...merciiii
    poème d'amour
    http://msgdamour.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir cher Sarkofrance....
    Allez je vais être positif...
    Quel effet cela vous fait de bientôt cesser d'écrire sur ce piètre président ??? 5 ans, 5 fois 365 jours....
    Franchement je tiens à vous féliciter pour la qualité de tous vos articles et vous en remercier car vous faites partie des sites qui m'ont permis de "tenir" pendant ces 5 longues années à devoir le supporter jusqu'à la nausée:
    Chaque soir je lisais articles et commentaires comme une drogue, pour oublier...
    Mais la nausée est encore là : la preuve ce soir, je fais grève de télé... je ne veux plus voir sa fichue tête, ni entendre ses sornettes hypocrites, vides, mensongères, injurieuses pour le peuple de France mais.....
    j'attendrai vos commentaires demain, avec impatience!!!
    Sincères salutations! Courage pour cette dernière fin de semaine!
    Quel pied, non?

    RépondreSupprimer
  9. poème fete des mères 2012
    http://msgdamour.blogspot.com/2012/05/des-poeme-fete-des-meres-bonne-fete-ma.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

PARCE QU'IL FAUT EN RIRE