A la Concorde, Sarkozy appela à la résistance contre sa défaite

Dimanche 15 avril, à 7 jours du premier tour de scrutin, Nicolas Sarkozy avait tenu un grand exercice de re-motivation, avec son meeting en plein air place de la Concorde.Il faisait froid et gris, et le grand exercice fut moins le discours finalement très court, que les angles caméras choisis pour montrer qu'il y avait du monde.


Promesse pour harkis
Il était moins une. Samedi, Nicolas Sarkozy s'est précipité à Perpignan pour déclarer la responsabilité historique de la France dans le drame des harkis. Il fallait s'attacher les faveurs de cette « clientèle »-là, comme d'autres.

Triste précipitation. C'était une promesse de ... 2007. Nicolas Sarkozy avait attendu 8 jours avant le premier tour du scrutin d'après pour la satisfaire: « a France se devait de protéger les harkis de l'histoire, elle ne l'a pas fait. La France porte cette responsabilité devant l'histoire, c'est cette responsabilité que je suis venu reconnaître ici à Perpignan ». Puis, il répéta qu'il s'adressait à « la France silencieuse, à celle qui ne casse pas les abribus, à celle qui ne demande rien d'autre que la permission de pouvoir travailler (...) celle qui aime sa famille, qui aime son terroir, qui aime son pays»; ça devenait lassant.

Puis ils avaient tenté d'instrumentaliser un déplacement au Mexique du socialiste Michel Vauzelle, co-président du comité parlementaire de soutien à la Française Florence Cassez. La polémique était vaine. Nicolas Sarkozy aime se réserver les occasions de récupération officielle.

Concorde clairsemée ?
Le lendemain devait être le grand jour, celui du lancement d'une campagne qui n'en finissait pas de se relancer. Le meeting de la Concorde. Le rival socialiste avait organisé une fête à Vincennes, près du parc, sur l'esplanade. Au coeur de Paris, l'équipe Sarkozy avait préféré un dispositif classique. Il y avait de nombreux vigiles pour sécuriser l'endroit. Certains avaient de curieux tatouages. On avait dresser une immense estrade, dans l'axe des Champs-Elysées. Elle masquait le parc des Tuileries qui resta quasi-vide tout le meeting durant. En fond, une toile figurait l'Assemblée nationale.

Il fallut attendre bien longtemps, près de 3 heures, pour remplir la place d'une jauge suffisante pour masquer le manque de foule. Vers 16h, en fin de meeting, un photographe de l'AFP captura une nouvelle image dévoilant une place aux rangs clairsemés. Les clichés officiels étaient à niveau d'homme ou, au mieux, à 5 ou 6 mètres au-dessus du sol. A 15h20, Copé annonçait 100.000 participants, ils étaient sans doute 20.000. En fin d'après-midi, les équipes de Sarkozy rehaussèrent à 150.000.

Sbires déchaînés ?
Un à un, quelques leaders de la Sarkofrance finissante se succédèrent à l'estrade. Nathalie Kosciusko-Morizet avait abandonné toute retenue en évoquant François Hollande: « Tout chez lui respire le faux.» Elle dénonça celles et ceux du camp Hollande qui se répartiraient déjà les postes. En coulisses, ses ex-collègues n'en finissaient pourtant pas de placer leurs proches ici en prévision de l'alternance. Ainsi Michel Mercier, Garde des Sceaux, pistonnait-il un second membre de son cabinet. Sarkozy avait casé Thomas Fatome, son trop jeune conseiller social à la direction de la Sécurité sociale.Laurent Wauquiez faisait pression pour placer un proche à la présidence de l'Ecole Normale Supérieure.

Ce dimanche, Xavière Tibéri était là, devant l'estrade mais l'air sombre. Carla Bruni_Sarkozy exhiba un poster « les Jeunes avec Sarkozy ». Xavier Bertrand tenta de défendre un bilan, de la réforme des retraites au service minimum: « Aujourd'hui quand il y a une grève, la France n'est plus bloquée.» Et de lancer: « dans un monde qui change, la France n'avancera qu'avec Nicolas Sarkozy. » Concernant Hollande, il ne fut pas plus mesuré, accusant le rival de son patron de tous les maux antisociaux.  Il y eut ensuite Alain Juppé qui prononça le prénom Nicolas toutes les 3 secondes de sa courte intervention.

Jean-François Copé fut évidemment de la partie: « Quelle émotion, quelle joie de vous voir venus de toute la France (...) merci d'être venus aussi nombreux incarner la France qui se redresse, la France qui s'engage, la France qui s'enthousiasme, la France de Nicolas Sarkozy ». Il fut grandiose dans la caricature. L'argument dépassait les limites de la courtoisie républicaine. Il ne critiquait plus le programme, la caricature fut brutale, presque insensée, il dénonça la « culture de l'excuse », la « légalisation massive » des immigrés clandestins, le « matraquage fiscal ». Mais de quoi parlait-il ? L'homme nous promettait la guerre civile: « François Hollande gravit chaque jour les sommets de l'irresponsabilité.»

Puis ce fut le tour de François Fillon, quelque part vers 15h10: « votre voix, elle résonne bien au-delà de cette place ». Il sentait le besoin de se justifier: « Je ne regrette rien, je ne rougis de rien.» Son intervention ressemblait à une séance de psychothérapie en public.

Sarkozy déjà pressé
Sans attendre l'heure convenue, Sarkozy déboula sur l'estrade vers 15h20, avec 40 minutes d'avance. Il était pressé. La place de la Concorde ne remplirait pas davantage, malgré de larges espaces vides. Quelques photos d'ensemble commençaient à fuiter sur le Web, montrant les rangs clairsemés. Il y avait sans doute 20.000 personnes, pas beaucoup plus. Son discours fut interrompu par des «On va gagner!» ou autres « Hollande en Corrèze, Sarkozy à l'Elysée ». La petite foule oubliait que son Monarque y était déjà depuis 5 ans.

Le candidat sortant débuta par une incantation au Peuple de France, qui, d'après son texte, était venu l'écouter ce dimanche gris à Paris depuis la France entière et « même l'Outre-Mer ». S'y croyait-il vraiment ? Il eut quelques mots pour évoquer l'actualité, à la remorque, comme toujours depuis cette incroyable campagne ratée: «Si la Banque centrale ne soutient pas la croissance, nous n'aurons pas assez de croissance». Depuis quelques jours, les marchés tremblent en réalisant combien l'austérité sans croissance mène la Grèce, l'Espagne et bientôt l'Italie à la catastrophe. Sarkozy se réveillait. Il n'avait pourtant rien eu à dire sur l'introduction de ce nouvel instrument de spéculation sur la dette française, ce lundi 16 avril. D'après Marianne, le gouvernement français, via l'agence France Trésor, n'a même pas protesté quand il fut informé de son lancement. Une passivité bien étrange, commenta le site ActuChomage.

Il eut une idée, la proposition du jour: généraliser la faillite civile, qui existe en Alsace. «Dans ce nouveau modèle français, tout le monde aura droit à une deuxième chance et toute famille de bonne foi, confrontée à un accident de la vie dont la conséquence est le surendettement, pourra, comme une entreprise, bénéficier de la faillite civile telle qu'elle existe en Alsace afin de pouvoir redémarrer dans la vie ».


Avec 2 mois de retard, Nicolas Sarkozy faisait en fait son meeting de lancement de campagne. Henri Guaino avait tout donné dans le texte concocté pour son chef lâcha toutes les références qu'il avait oublié ces 5 années passées. Napoléon, Hugo, de Gaulle, Racine, Zola, Péguy, Césaire, Valmy, la Résistance, Jean Monnet, etc. Tout y passa... ou presque. On nota l'absence de Jaurès et de Guy Mocquet, coqueluches des meetings de 2007. Henri Guaino avait glissé quelques variantes nationalistes qu'il affectionne tant sur la prétendue supériorité française « J'ai toujours pensé que la France, c'était le nom d'une civilisation. (...) La France n'est pas un pays comme les autres».

Pour le reste, il n'y eut pas d'annonces, ce n'était pas le lieu. On voulait se compter, se motiver.

C'était un épisode déjà connu, trop rabâché, celui du Sarkothon, de l'appel à l'aide. Depuis son entrée en campagne, Sarkozy n'était plus ce leader qui allait emmener la France vers le redressement mais ce Monarque effrayé de perdre son pouvoir qui appelait ses partisans à les rescousses. « Ce soir, j'ai besoin que vous rassembliez toutes vos forces pour la France » Ou encore:  « Peuple de France, entend mon appel. Françaises, Français »
«  Prenez votre destin en main, dressez-vous, dites ce que vous voulez pour le pays, dites le haut, dites le fort. Peuple de France, entend mon appel. Françaises, Français, aidez-moi. C'est ici, c'est maintenant! Vive la République et vive la France!»

Le discours dura 40 minutes, rien de plus. A 16 heures et 5 minutes, le Monarque avait terminé. Il resta pour serrer quelques mains. La place se vida presque instantanément, témoigna la journaliste des Inrocks Marion Mourgue, photo à l'appui.


Un confrère résuma d'un tweet cet après-midi sarkozyenne:

« Ça ferme des classes, ça ouvre des prisons, et après ça ose citer Victor Hugo.»

Ami sarkozyste, étais-tu à la Concorde ?

38 commentaires:

  1. Popol de France16 avril 2012 06:47

    Sarko l'américain soudain tombé en pâmoison pour la France !! Paris ne vaut-il pas une messe ... La France va bientôt signifier à l'imposteur son invitation à se casser lui-même ...

    PS. Faut être motivé pour saisir le captcha !

    RépondreSupprimer
  2. A la Concorde le sortant planque sa montre sous les yeux de ses militants : un symbole en or du sarkozysme délirant!

    RépondreSupprimer
  3. on ne tire pas sur une ambulance
    je m'abstiendrai donc de tout commentaire superflu
    bob

    RépondreSupprimer
  4. La messe est dite ! J'ai adoré Hollande entouré de jeunes et Sarkozy tout seul et tout petit.
    J'ai savouré Hollande serrant les mains dans la foule et Sarko derrière les barrières !

    Vive la République, vive la France ! La vraie !

    RépondreSupprimer
  5. Rien ne l'arrête !
    http://www.20minutes.fr/ledirect/917173/serie-meurtres-essonne-enquete-risque-etre-sabotee
    Père Plex

    RépondreSupprimer
  6. Bien que la messe semble dite, n'oublions pas que seul un coup inattendu pourrait permettre à Sarkozy menacé de toute part de conserver le pouvoir qui le fait (pathologiquement) bander et qui accessoirement le protège (anormalement) des poursuites judiciaires.

    Autrement dit, une bête sauvage traquée comme il l'est n'est-elle pas prête à tenter le tout pour le tout, considérant que perdu pour perdu, il n'y a pas grand chose à perdre à tenter un coup ...

    Méfiance, prudence et vigilance donc ... en présence de cet individu dont la psychologie perverse, brutale et prédatrice nous invite à envisager tous les scénario, y compris le pire !

    voir cette alerte dite très sérieuse ==> http://www.suivi-soleil.com/article-alerte-tres-serieuse-103481529-comments.html

    à rapprocher de cette info concernant l'installation de missile défensifs russes en direction de l'Europe ==> http://www.lepoint.fr/monde/la-russie-aurait-deploye-des-missiles-a-portee-de-l-europe-15-04-2012-1451867_24.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le soleil? pas de la pensée !

      exemple trouvé sur ce site

      ça c'est sur qu'il va se passer qq chose!!! de grave voir tres grave!

      soit la réelection d'un gros con,soit l'élection d'un niais!

      faites des reserves...d'espoirs...

      ou sinon n'allez pas voter



      jpd83
      qui prédit : allez votez sinon la cabane va vous tomber dessus !

      Supprimer
    2. quel niais?
      Hollande est tout sauf un niais:
      Il a réussi à concilier toutes les composantes du PS

      Supprimer
  7. En fait il planque sa montre dès qu'il est à hauteur d'un ?... je vous le donne en mille... un renoi !

    - Vite, Carla m'a dit de faire attention à son cadeau...mince ! mais ils sont partout ces gens là.
    Ce fut sa dernière pensée au moment de ranger sa montre à 55 000 euros.

    RépondreSupprimer
  8. "généraliser la faillite civile, qui existe en Alsace. «Dans ce nouveau modèle français, tout le monde aura droit à une deuxième chance et toute famille de bonne foi, confrontée à un accident de la vie dont la conséquence est le surendettement, pourra, comme une entreprise, bénéficier de la faillite civile telle qu'elle existe en Alsace afin de pouvoir redémarrer dans la vie ». "
    Dans le Monde http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/16/la-proposition-sarkozy-sur-la-faillite-civile-est-deja-en-place-depuis-2003_1685912_1471069.html :

    "Mais ce régime que Nicolas Sarkozy veut généraliser ressemble furieusement... à un texte qui existe déjà dans le droit français. C'est Jean-Louis Borloo qui s'est inspiré de la "faillite civile" d'Alsace-Moselle pour proposer, en 2003, un régime similaire, la procédure de redressement personnel (PRP), qui est ouvertement inspirée de la loi en vigueur en Alsace-Moselle.

    Celle-ci permet à un ménage dans une situation d'endettement trop important pour pouvoir être résolu par les solutions d'étalement généralement proposées par la commission de surendettement de se tourner vers la justice. Si celle-ci confirme que le débiteur est de bonne foi, elle peut alors demander la vente des biens du foyer, même si ceux-ci ne suffisent pas à apurer le montant total de la dette. Une fois ces biens vendus, les créanciers ne peuvent plus lancer de procédures pour récupérer leur argent.

    Le foyer surendetté bénéficie donc d'une seconde chance, avec toutefois l'interdiction, durant cinq ans, de recourir au crédit. En 2011, on a compté 48 797 procédures de redressement personnel en France, un chiffre en hausse de 30 % par rapport à l'année précédente."

    Trop de stress ou Alzheimer chez le président-candidat ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Brucolaque,
      Par contre, c'est quand même le pompom: le pyromane qui veut éteindre les feux!
      Partout, on voit les escrocs usuriers surrendetteurs comme Cetelem ou Cofidis etc...en publicité...pourquoi ces taux qui peuvent atteindre 25% l'an, complètement hors-la-loi, continuent à sévir?
      Partout des publicités même en spam pour jouer au poker: un des plus pernicieux vices qui existent...
      Partout on vante les crédits et l'argent facile du jeu...
      Et bien sûr que des gens qui ont de la peine à joindre les deux bouts prennent un crédit et certains, j'en ai vu, se jettent dans le jeu pour rêver à une fortune qui n'arrive pas.
      Après, les dégâts: mais pourquoi?
      Parce qu'on a travaillé plus pour payer plus?
      Parce qu'on refuse l'assistanat? Il faut pas confondre coup de main et parasitage.
      Parce qu'on a perdu son boulot et que les crédits s'accumulent?
      Ah, oui, j'ai oublié: la France silencieuse ne demande qu'à avoir la permission de travailler...
      La permission?
      Pompier pyromane!
      Les dettes, il faut que les gens sachent que cela guette tout le monde et que beaucoup n'auraient pas été dans cette situation si Sarko avait fait son boulot!!!
      Et que faire en sorte que chacun puisse vivre dignement est un DROIT!
      Les pauvres ne demandent pas la CHARITÉ!!!Juste leurs droits!

      Supprimer
    2. Hélas, Jacky! Une fois de plus, tout en étant d'accord avec vous dans l'ensemble, j'ai une divergence a exprimer:
      sarkozy A FAIT son boulot! Celui pour lequel il a été mis en place par le grand capital, représenté par la bande du Fouquet's. Cette bande ne s'en est même pas cachée! Son boulot de destruction de tout ce que représente un contrepoids, un moyen de contrôle public, des services publics, des services de santé, d'éducation, bref ce qui nous permet de vivre ensemble et de s'opposer à l'omnipotence du grand capital susmentionné. C'est l'Ecole de Chicago à l'oeuvre et la démolition programmée de tous les acquis qui nous différencient (de moins en moins) du tiers monde. Evidemment, ceux qui se sont laissé berner par les promesses fallacieuses de sarkozy en 2007 en sont pour leur frais! De leur point de vue il n'a pas fait son boulot, comme vous le dites. Cependant, il ne fallait pas être aussi naïf et y croire! Et, à plus forte raison, maintenant.

      Supprimer
  9. Oui, vous faites bien de rappeler ces choses-là.
    sarkozy me fait penser à une mouche dans un bocal - prise de panique, elle va dans tous les sens, se cognant la tête contre la paroi, se disant probablement, dans sa tête de mouche, qu'elle va s'en sortir.

    RépondreSupprimer
  10. Après avoir passé son quinquennat à fustiger les assistés, chômeurs, malades, immigrer, etc.. le voilà qui nous demande l'assistanat en criant à tous ses meetings AIDEZ-MOI, AIDEZ-MOI!!!

    Pour ma part, je le laisse couler, et je renvois même sa brochure de mensonges.

    RépondreSupprimer
  11. Lundi 16 avril 2012 :

    Sarkozy, sa montre à 55.000 euros.

    "Si à 57 ans, on n'a pas une Patek Philippe, on a raté sa vie". Tel pourrait être le slogan séguéliste du candidat Sarkozy version 2012.

    "Patek Philippe", c'est la marque de la montre que le président-candidat (du peuple) portait au poignet, hier, et qu'il a manqué de perdre lors d'un bain de foule à l'issu de son meeting, place de la Concorde.

    La montre, en or blanc, modèle 5140 G de l'horloger suisse - l'un des plus prestigieux -, lui a été offerte par son épouse Carla Bruni en janvier 2008. Son prix ? 65.000 francs suisses, soit environ 55.000 euros.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/le-reveil-politique/20120416.OBS6230/sarkozy-sa-montre-a-55-000-euros.html?google_editors_picks=true

    RépondreSupprimer
  12. Ca sent la fin, rien qu'a voir sa tête, il est au bout du rouleau!

    RépondreSupprimer
  13. Hier je me prépare à écouter M. Hollande sur BFMTV comme il est supposé parler à 15.30 je me suis dis qu'il passerait en premier, erreur ils en avaient décidés autrement j'était très en colère du coup j'ai regardé sur internet et je n'était pas la seule, encore une fois ils nous ont joués un tour crasse les vlimeux, ce petit personnage me répugne au plus haut point et je rêve au 6 mai sans lui, bon débarras.Solange

    RépondreSupprimer
  14. Ne vous faites pas voler votre premier tour !

    Voulons-nous voter pour Hollande ou Sarkosy ?
    Avons-nous confiance en ces hommes ? Avons-nous confiance en les partis qu’ils représentent ?

    Si vous ne voulez pas accorder un blanc-seing à Laurel ou Hardy, DITES-LE !

    Si vous voulez un changement dans la rupture, Votez Mélenchon.
    Si vous voulez un changement dans la réforme, Votez Bayrou.
    Si vous voulez un changement pour « une France aux français », Votez Le Pen.
    Si vous êtes anti-nucléaire (je n’ose dire écologiste), Votez Joly.
    Votez Poutou, Cheminade, Artaud, Dupont-Aignan.
    Votez blanc si aucun programme ne vous convient.
    Votez en votre âme et conscience !

    Je vous en conjure, avant de voter Hollande ou Sarkosy au premier tour, posez-vous la question : Vont-ils assurer la défense de mes valeurs ?

    Dimanche prochain c’est VOTRE tour,

    Tout

    Simplement

    VOTRE VOTE !


    Article complet www.credohumanisme.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Foutaises! Souvenons-nous du 21/04 2002. C'est là où l'on nous a volé notre vote! Votons utile! Votons Hollande! Ne nous dispersons pas! Ne prenons aucun risque! Après, il y aura les législatives, alors nous verrons....

      Supprimer
    2. Parfaitement! Le texte fallacieux de credohumanisme (sic)6:23 AM ne résiste pas à l'analyse la plus élémentaire. Que nous dit ce texte et pour qui roule-t-il?
      1. que l'on peut voter Mélenchon, donc il n'est pas pour Le Pen.
      2. que l'on peut voter Le Pen, donc il n'est pas pour Mélenchon.
      3. que l'on peut voter Bayrou, qui est contre les deux ci-dessus.
      4. que l'on peut voter Joly, sans être écolo.
      5. que l'on peut voter pour les trois autres qui, pris ensemble, feront à peine plus d'un pour cent.
      6. que l'on peut même voter blanc.
      Qu'y a-t-il de commun là-dedans? Tout sauf Hollande! Pour qui roule notre humaniste? Evidemment, pour le nabot, dont le seul espoir est d'être en tête au premier tour, vu le choix plus large à gauche. Ne lui donnons pas la moindre chance de parader!

      Supprimer
    3. ??? credohumanisme ???
      Credo, c'est pour les curés ! Et chanoine de Latran !

      Supprimer
    4. Non désolé j'ai plusieurs clairement indiqué que je votai Bayrou.
      Ce message disait : ni Hollande ni Sarko.

      Pas de chance ... on a les deux :-(

      Supprimer
  15. Visitez le site du nouveau candidat qui va tout faire péter : http://www.facebook.com/MonCulPresident

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nihil novi sub sole. C'est le site UMP.

      Supprimer
  16. Les photos du public aux meetings du w-e ne mentent pas ; chez Sarkozy c'était rikiki !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la Préfecture de Police, qui sert le pouvoir en place ne donne pas de chiffres, il y a bien une raison. 20-25 mille à la Concorde contre 100-120 mille à Vincennes - il n'y a pas photo, si je puis dire!

      Supprimer
    2. Déjà en 2007, l'UMP avait rétréci la salle où se produisait son champion afin qu'elle paraisse comble (voir dans le Canard d'il y a 5 ans à peu près). Maintenant c'est le tour de la Concorde....

      Supprimer
  17. Il est fichu ! C'est certain.... car même Mireille Mathieu ne le suit plus !

    RépondreSupprimer
  18. "Un confrère résuma d'un tweet cet après-midi sarkozyenne:

    « Ça ferme des classes, ça ouvre des prisons, et après ça ose citer Victor Hugo.»

    Ami sarkozyste, étais-tu à la Concorde ?"

    Bonsoir Juan, oui, cent fois raison, d'autant plus que ses soutiens sur le net sont d'une bêtise crasse, et je pense que quelques années d'études leur auraient faits du bien.
    Je me permets de rajouter qu'en ouvrant "le bal des casse-pieds" Sarko se permets de citer Malaparte qui a été un des soutiens fascistes de Mussolini et qui s'est sauvé à la fin de sa vie au PC italien: mais comme on est en France, la comparaison est très très douteuse, surtout quand on voit que le géniteur de LE Pen cite Mauriac.
    Je ne pense guère que Hugo aurait été en bonne compagnie: encore un qui fait la toupie dans sa tombe!
    Bonne soirée à tous

    RépondreSupprimer
  19. Juan pouvez vous enquêter sur le lien Buisson / Mélanchon

    des sondeurs étranges font monter M LP et Mélanchon les voyant même en finale....

    Mélanchon après avoir servi doit il être jeté ?
    Le pur a t'il mis sa fiole dans le purin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon pronostic:
      Hollande 32%
      Sarkosy 23%
      Le Pen 8%
      Mélenchon 18%
      Bayrou 12%
      Joly 4%
      Dupont-Aignan 2%
      et le reste pour les autres

      mais ceci si nous continuons à nous mobiliser
      pour l'histoire avec Buisson, perso je n'y crois pas

      Supprimer
    2. bien sûr avec des marges d'erreur, d'où le 1% restant

      Supprimer
    3. Je pense pas que hollande et melenchon seront si haut. 30 pour hollande serait déjà très bien. Par contre, je vois (rien du tout!) la marine bien plus proche de sarko (les électeurs "silencieux").

      Supprimer
    4. Mon pronostic personnel, subjectif et non scientifique:

      - Hollande entre 28 % et 30 %

      - Sarkozy entre 25 % et 28 %

      - Mélenchon et Le Pen autour de 15 %

      - Bayrou autour de 10 %

      - Les autres moins de 5 %

      Stef

      Supprimer
    5. Lepen 8% ? moi je dirais plutot 18% et 12% pour le Merlan.

      Supprimer
  20. Bonjour,

    Vlà c'est fini ! Sarkozy en prison !
    Plutôt que de choisir une chanson de campagne plus que martiale, le minus aurait mieux fait d'emprunter celle de Jean Louis Aubert. " Voilà c'est fini". C'était plus qu'approprié pour sa situation désespérée et désespérante. Sarkozy en prison !

    A2N

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.