mercredi 11 janvier 2012

Sarkozy perd ses nerfs sur le quotient familial

Mardi, il est parti à Mulhouse donner ses voeux « à la France solidaire ». Quelques heures avant, en coulisses comme toujours, il avait fustigé une proposition socialiste de remplacer le quotient familial. Et ses proches se sont déchaînés comme jamais: « assassine », « anéantissement »,  « folie », « coup de massue »... La Sarkofrance du Fouquet's n'hésita pas dans la surenchère et la vulgarité. Seule Nadine Morano, peut-être épuisée par sa suractivité

Quant aux voeux de Nicolas Sarkozy « à la France solidaire », on les oublia.

Président des Riches
Il est comme ça, Nicolas. Il n'attend pas de connaître le détail d'une proposition pour la critiquer violemment. Il n'a pas le monopole du défaut, mais il le porte jusqu'à la caricature. Mardi matin, comme chaque mardi matin, il tenait son « petit-déjeuner de la majorité » avec les quelques membres du clan qui lui sont encore fidèles. Et comme à chaque fois, il en profita pour critiquer François Hollande, cette fois-ci sur le quotient familial. Comme à chaque fois, l'argument fut caricatural et aboyé par le Président du Fouquet's.

Jamais en face, toujours en douce.

« Ce serait une folie. C'est quand même quatre millions et demi de familles qui sont concernées. C'est un coup porté à notre politique familiale. Elles y perdraient beaucoup. » a-t-il confié à des proches qui se sont empressés de le reporter. Une folie ? Mais de quoi parle-t-il ? La proposition n'a pas été détaillée. Le camp Hollande a simplement expliqué que le quotient familial pour les plus riches devait être remis en cause, et qu'une piste était de le remplacer par un crédit d'impôt pour les moins fortunés. Environ 10% des ménages les plus riches captent 25% des 10 milliards d'euros de réduction fiscale que représente le quotient familial chaque année. Le pays compte 7 millions de bénéficiaires, et non 4,5 millions comme l'avança imprudemment Sarkozy dans sa première attaque. Lundi, les Echos révélait que Valérie Pécresse avait commandé une étude à ses services sur la proposition socialiste: le remplacement du quotient familial par un crédit d'impôt rapporterait en moyenne 1000 euros par an aux 3,5 millions de foyers les moins aisés. Il est plafonné à 2.300 euros par demi-part fiscale et par an.
« Dans le détail, elle ferait près de 5 millions de gagnants (à hauteur de 829 euros par an en moyenne) et un peu moins de 4,5 millions de perdants (à hauteur de 931 euros en moyenne). Pour près de deux tiers des ménages, la réforme serait neutre. Les gagnants se situeraient parmi les ménages gagnant jusqu'à 3 SMIC (soit 4.200 euros brut par mois). L'impact serait défavorable au-delà.»
Le concert des perroquets sarkozystes s'emballa dès la matinée. « En proposant la fin du quotient familial, François Hollande envoie un message d’anéantissement de la politique familiale française » s'exclama Jean-François Copé. Et comme il n'était pas à l'abri d'une caricature: « la gauche veut s’attaquer à ce qui fonctionne bien en France, tout en voulant par ailleurs, par immobilisme, conserver ce qui ne fonctionne pas ! » Fichtre ! Valérie Pécresse sur Twitter à nouveau, avait sélectionné quelques arguments-choc. A l'Assemblée, elle dénonça un « coup de massue »... qui n'avait pas eu lieu. « Injuste pour les classes moyennes, dangereux pour la politique familiale, irresponsable au total » a lancé le ministre de l'agriculture (sic!) Bruno Le Maire. Son jeune collègue Laurent Wauquiez, toujours dans la nuance, a dénoncé une « proposition assassine pour les familles des classes moyennes et des classes moyennes modestes ». Classes moyennes modestes ? Mais qui paye les franchises médicales, le relèvement de la TVA à 7% ou le renchérissement des mutuelles ? Il fallait faire peur, et Laurent Wauquiez est toujours assez doué pour agiter des chiffons rouges caricaturaux: « d'autres quotients seraient remis en cause : qu'est-ce qu'on fera pour le quotient dont bénéficient les veuves ? Qu'est-ce qu'on fera pour le quotient dont bénéficient les personnes handicapées ? ». Rien sur les enfants

Un peu plus tard dans la journée, François Hollande précisa qu'il ne s'agissait pas de supprimer le quotient familial. Mais le Sarko-clan tout entier s'était déjà emballé, emportant quelques journalistes dans son sillage. Bien joué ? 

L'UMP oublie
Puisque le clan sarkozyste s'inquiétait de la politique familiale, il aurait pu s'expliquer sur une fichue statistique publiée ce mardi. Le Conseil d'analyse stratégique révélait que « la diminution des postes d'enseignants a fait chuter le nombre d'enfants de moins de trois ans scolarisés en maternelle », de 35% en 2000 à 14% en 2010. Bien sûr, il y a davantage de places d'accueil pour les moins de trois ans. Mais pas assez compte tenu de la natalité française. En 2008, une députée UMP, Michèle Tabarot, écrivait déjà que « l'écart est considérable entre le rythme de croissance actuel (de créations de places) et celui qu'il faudrait atteindre pour répondre à la demande ».

Autre sujet très familial, sur lequel on attendait un commentaire à défaut d'une explication ou d'une réponse de la part du clan Sarkozy, l'envolée des prix: l'Observatoire annuel des prix des Familles Rurales a communiqué ce mardi son évaluation de l'augmentation des prix du « panier de la ménagère rurale » l'an dernier, une sélection de 35 produits de base que l'observatoire suit depuis 2006.  Et les nouvelles sont mauvaises. Loin des fausses estimations de l'inflation officielle (qui mélange les ordinateurs et le pain, les voitures et le pain, etc), ce panier a le mérite de donner une indication un peu plus fidèle de la réalité de la vie chère. L'an dernier, l'inflation de ce panier a été de ... 4,4%. Un record... sans commentaire officiel, évidemment.

L'UMP aurait pu déployer autant d'énergie à expliciter ses propositions pour le sommet social du 18 janvier: de combien la TVA à 19,6% sera-t-elle relevée sous un fallacieux prétexte social ? Mardi, une mauvaise confidence d'un député UMP nous apprenait aussi que le gouvernement envisageait une réforme législative rapide pour permettre la suppression de la durée légale du travail au motif d'accords dit de « compétitivité ».

Que dire enfin de cette proposition de l'UMP « de faire sauter l'interdiction pour les jeunes apprentis de travailler de nuit », débusquée par notre confrère Slovar ? Il s'agirait d' « adapter l’apprentissage aux situations locales » pour mieux favoriser la production de terroir... nocturne... Sans blague ! 


Guéant, à nouveau l'immigration
Hasard du calendrier, ou pas, Claude Guéant livrait à Paris ses statistiques de l'immigration en 2011. Le ministre semblait ravi, ses services avaient enfin réussi à expulser quelque 32.912 étrangers, et le nombre de naturalisations avait chuté de 30%. Quels records ! Nicolas Sarkozy espérait sans doute faire la nique à Marine Le Pen. 

Pour 2012, le ministre espère expulser 35.000 clandestins et réduire de 10% à nouveau le nombre de naturalisations. Son discours fleuve (une heure de chiffres) ressembla aux grandes heures de ces prédécesseurs Brice Hortefeux et Eric Besson.

Claude Guéant était content de tous ses indicateurs: – 3,6% de premiers titres de séjour,  -26% de nouveaux salariés étrangers, -14% de regroupements familiaux, etc. Un pur bonheur !

Mais la France, a précisé Guéant, a « su rester ouverte ».

Et Nicolas Sarkozy également.

Très ouvert, et mesuré.


15 commentaires:

  1. de plus en plus écoeurant. solange

    RépondreSupprimer
  2. mais quand touchera-t-on le fond du sarkosisme ?

    RépondreSupprimer
  3. C'est le pacte germano soviètique a lui tout seul, Sarkozy, c'est le petit père des peuples defendant les plus humbles, au passage il leur met 5 points de TVA dans la gueule, ni vu ni connu, c'est cadeau. Royal au bar le mec !
    Pour l'electricité, le gaz et le reste vous avez encore rien vu, voici venir le temps des gitans, je veux dire sandwitch bougies et guitares sèches.

    Sarkozy c'est les neufs plaies d'Egypte, quand c'est fini cela recommence.
    Elle a fain la mafia des carpates.A vos pieux !

    RépondreSupprimer
  4. un puits sans fond .... comme la bétise ...

    RépondreSupprimer
  5. Mercredi 11 janvier 2012 :

    Les juges s'intéressent aux comptes de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy.

    Les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2007 font désormais l'objet d'une réquisition judiciaire. Comme nous le révélions hier sur notre site Internet, la justice a mis une option sur les liasses entreposées à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), contenant des milliers de documents retraçant les dépenses, mais surtout, on l'imagine, les recettes déclarées par le chef de l'État lors de sa campagne.

    Si elle constitue une première pour un président en exercice, une telle procédure n'est pas complètement exceptionnelle. Depuis plusieurs mois, les comptes d'Édouard Balladur pour la campagne de 1995 font l'objet d'une mesure similaire dans le cadre de l'affaire Karachi, dans laquelle les juges Van Ruymbeke et Le Loire enquêtent sur de possibles rétrocommissions sur des ventes d'armes. Une affaire dans laquelle des proches du chef de l'État ont été entendus.

    Selon nos informations, ces réquisitions auraient cette fois trait à l'affaire Bettencourt, l'autre affaire qui pourrait embarrasser le chef de l'État. Son instruction menée depuis plusieurs mois par des juges bordelais a déjà conduit peu avant Noël à la mise en examen de l'ancien confident de la milliardaire, François-Marie Banier, de son compagnon Martin d'Orgeval, mais aussi de l'ancien gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre.

    L'apparition d'Éric Woerth dans le dossier avait donné une résonance particulière à l'affaire. En juillet 2010, l'ancienne comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, avait affirmé que la milliardaire avait remis 150 000 euros en liquide à Éric Woerth, trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy, en 2007. Des affirmations rapidement démenties par les deux intéressés.

    Difficile de prédire ce qui pourrait émaner de l'examen des comptes de Nicolas Sarkozy, qui avaient par ailleurs été validés par la CNCCFP. À tout le moins, ils devraient fournir une base documentaire supplémentaire au déjà très épais dossier stocké dans les locaux de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Bordeaux.

    Selon toute vraisemblance, le juge Jean-Michel Gentil devrait avoir de nombreuses questions à poser à l'ancien ministre du Budget, par ailleurs responsable du Premier Cercle, l'association chargée de récolter des dons auprès des sympathisants fortunés de l'UMP afin de financer la campagne de Nicolas Sarkozy.

    L'affaire avait d'abord poussé Éric Woerth (qui n'a jamais été mis en examen) à démissionner de ses fonctions de trésorier de l'UMP (qu'il occupait depuis 2002), puis de son poste de ministre du Budget.

    Le maire de Chantilly était alors soupçonné d'avoir évité un contrôle fiscal à la milliardaire, l'une des plus grosses fortunes de France. Un rapport de l'Inspection générale des finances avait blanchi le ministre.

    Le nom de Nicolas Sarkozy a ressurgi dans l'affaire à l'automne dernier. Un témoignage de la juge Isabelle Prévost-Desprez, qui avait instruit une partie du dossier à Nanterre avant que celui-ci ne soit dépaysé à Bordeaux, avait jeté un pavé dans la mare.

    Celle-ci avait affirmé à deux journalistes du « Monde » que sa greffière avait recueilli les confidences de l'infirmière de Liliane Bettencourt après son audition par la juge. L'infirmière aurait déclaré avoir assisté à des remises d'espèces à Nicolas Sarkozy.

    RépondreSupprimer
  6. Au cours de son audition par la police, la greffière n'a pas confirmé ce témoignage. Quant à l'ancienne infirmière, elle a démenti dans la presse avoir tenu ces propos, tout en affirmant subir de fortes pressions.

    Reste qu'à quelques jours de la campagne présidentielle où la candidature du président sortant ne fait pas mystère, la justice semble déterminée à aller au bout des affaires politico-financières ayant pollué une partie du quinquennat.

    http://www.sudouest.fr/2012/01/11/les-juges-s-interessent-aux-comptes-de-la-campagne-2007-601301-710.php

    RépondreSupprimer
  7. Cet article est saisissant!!! A supposer qu'il soit réélu et sa politique remise au goût du jour,peut-on penser que nos concitoyens, qui n'en peuvent déjà plus, vont laisser faire et donc avaler les pilules du Sarkozysme. Est-ce que la France va se laisser mener par un incapable minable qui s'enrichit et enrichit sa seule famille ? Je pense et espère qu'il en sera autrement, que nous n'oublirons pas que 1789 a existé pour faire anéantir les monarques arrivistes.

    RépondreSupprimer
  8. C'est les soldes !

    Vas y court court Rachida !

    RépondreSupprimer
  9. A anonyme 11:43 : ils ne parlent pas l'anglais mais ils emploient des gens qui le parlent, malheureusement ;o)))

    Sinon, pour Guéant, là, on est en plein dans la novlangue et 1984. Ca fout les jetons...
    C'est fou à quel point ils ont la capacité de creuser quand ils sont arrivés au fond.
    Vivement qu'ils arrivent au noyau de lave de la terre, ça les arrêtera peut être...

    RépondreSupprimer
  10. Est-il seulement concevable et même pensable que "des" journalistes soient capables de pouvoir contredire les élucubrations des minions de Sarkozy, au lieu d'être serviles et de se contenter de rapporter leurs bla-blas? Merci à Juan une fois de plus de contrecarrer, mais il faudrait davatange de Juan en France :-)) (abc)

    RépondreSupprimer
  11. 1er commentaire
    Je note (cite par les Echos) le detournement des moyens de la Republique (les services du Tresor) a des fins de campagne partisane. Faudra -t- il inclure le cout de ce rapport dans les comptes de campagne de Naboleaon.
    ("la direction du Trésor vient de consacrer une note de 150 pages aux effets à attendre d'une telle réforme. Elle ne l'a évidemment pas fait pour le PS, mais pour le Haut Conseil de la famille, rattaché à Matignon" ).

    2eme partie : quelqu'un peut faire la liste des grands apports de ce gouverment en matiere de "politique familiale" que cette mesure de modification du quotient familial viendrait a ce point a mettre a mal !

    RépondreSupprimer
  12. Ce gouvernement semble pret a tout pour se maintenir aux affaires quitte a jouer aux apprenti-sorciers, a pratiquer l'emballement (propositions de lois mal redigees) et a prendre des mesures qui sur le long terme seront nefastes a l'economie. Le Nain doit penser que pire que ces 5 annees il ne peut pas faire, alors quoi qu'il fasse pendant 3 mois ce ne peut etre que positif pour les presidentielles, meme si ca inclus d'aller dans le mur.

    J'imagine que pendant les deux tours les dechiqueteuses dans les ministeres vont marcher a plein regime, si ca n'a pas deja commence, en externalisant certaines donnees sensibles dans l'optique d'une alternance

    RépondreSupprimer
  13. nous n'avons sans doute pas les mêmes valeurs qu'eux !

    Le Fouquet's, cette "brasserie populaire"

    "C'est indigne de reprocher à Nicolas Sarkozy d'aller dans une 'brasserie populaire' !", s'est enervé le maire de Nice Christian Estrosi, hier soir sur RFI, au sujet du Fouquet's, brasserie des Champs-Elysées où le chef de l'État a passé sa première soirée de président de la République, le 6 mai 2007.

    RépondreSupprimer
  14. @anonyme 12:23
    "Merci à Juan une fois de plus de contrecarrer, mais il faudrait davatange de Juan en France :-))"

    Il suffit simplement de relayer et de faire connaître le plus largement possible les billets de Juan et son blog :->

    RépondreSupprimer
  15. Les méthode de truquage de l'IGS dans sa chasse aux agents sympatisants PS en 2007!!!!
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/11/comment-le-chantier-monte-par-l-igs-s-est-retourne-contre-les-policiers_1628113_3224.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

#Hollande

#Fun

#Sarkozy #Droite

ABONNES